Présentation :

La Bible est-elle vraiment inspirée ? L'accomplissement exact de nombreuses prophéties depuis des siècles confirme son authenticité. La Bible révèle notre passé, notre présent et notre avenir; à nous de les découvrir !
Sauf mention contraire, les citations bibliques sont tirées de la Bible en français courant éditée par l'Alliance Biblique Universelle, 1983. A ceux qui désirent copier et publier des articles, je leur demande de mentionner le titre et le lien URL de l'article, ainsi que le nom de l'auteur. Les commentaires anonymes et non signés ne seront plus publiés. Merci et bonne lecture.

samedi 11 novembre 2017

Dieu: une Trinité ?

David Hulme, le 13/11/2016

L'une des idées les plus perplexes dans le christianisme traditionnel est que Dieu serait trois personnes en une. Les théologiens admettent volontiers que la doctrine de la Trinité est un grand puzzle. Si Dieu est le Créateur de l'humanité, pourquoi se voile-t-il dans un tel mystère ?

Nous devons admettre que l'un des concepts les plus difficiles de la théologie chrétienne est que Dieu est en quelque sorte trois êtres et un à la fois. Vous et moi n'avons aucune expérience pratique à laquelle nous pouvons faire appel pour nous aider à comprendre cette idée. Pourtant, l'Encyclopédie Catholique décrit la Trinité comme «la doctrine centrale de la religion chrétienne». Si un enseignement est aussi important, cela a-t-il du sens et est-ce aussi au-delà de la compréhension ?

Cependant, c'est exactement ce que dit cette autorité: l'Encyclopédie Catholique continue à décrire la Trinité comme «une vérité que nous sommes non seulement incapables de découvrir en dehors de la Révélation Divine, mais qui, même lorsqu'elle est révélée, reste cachée par le voile de foi et enveloppée, pour ainsi dire, d'une sorte d'obscurité. "

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais cela ne semble rien clarifier. Ce qui est encore plus surprenant, c'est que beaucoup d'érudits admettent que la doctrine de la Trinité n'a pas de base scripturaire directe.
Voici une déclaration de « The Stanford Encyclopedia of Philosophy » : «Le Nouveau Testament ne contient aucune doctrine trinitaire explicite... Beaucoup de théologiens et d'apologistes chrétiens semblent la considérer comme une déduction » (Dale Tuggy, « History of Trinitarian Doctrines »).

C'est-à-dire que c'est une idée qui est arrivée sans référence précise à la Bible. Cela doit venir d'autre part. Alors, d'où vient la doctrine de la Trinité ?

L'Encyclopédie catholique nous dit que c'était probablement le «père du christianisme latin», Tertullien, qui utilisa le mot « trinitas » pour la première fois, environ 150 ans après le Christ.

A peu près au même moment, le théologien influent Origène se référait à Dieu comme étant « triune ». Puis, au troisième siècle, le philosophe grec Plotin décrit «dieu» comme une triade comprenant l'Un, l'Esprit et l'Âme.
Cette pensée est passée à d'autres, y compris Augustin, qui devint plus tard un chrétien. Il mélangeait la philosophie grecque avec la tradition judéo-chrétienne et continua en écrivant un livre en l'an 400 intitulé « De la Trinité ».

« Origène avait été formé à la philosophie platonicienne et en était très influencé... Il a également développé une doctrine de la Trinité qui est très similaire, tant dans la conception que dans le vocabulaire, à la théorie de son plus jeune contemporain, Plotinus. » (GERALD BRAY, LA DOCTRINE DE DIEU)

Huit cents ans plus tard, le frère et théologien catholique italien Thomas d'Aquin, qui étudia les écrits d'Augustin, a donné à la doctrine de la Trinité sa forme finale.

Maintenant, vous pensez peut-être: «Mais la Bible dit quelque chose à propos de la Trinité.» Ses partisans citent généralement trois passages, mais chacun d'eux est problématique.

Le premier, et apparemment le plus fort, se trouve dans 1 Jean 5: 7-8: «Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel: le Père, la Parole et le Saint-Esprit; et ces trois sont un. Et il y en a trois qui rendent témoignage sur la terre: l'Esprit, l'eau et le sang; et ces trois sont d'accord.»

Les chercheurs reconnaissent universellement que la première partie de ce passage est une invention ajoutée au texte original (probablement au XIVe siècle).

La deuxième référence supposée à la Trinité se trouve dans Matthieu 28:19: «Allez donc, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant dans le nom (ou « au nom ») du Père et du Fils et du Saint-Esprit».

Bien que ce verset puisse sembler fournir une base pour la pensée trinitaire, la plupart des érudits de la Bible sont d'accord sur le fait que ce n'est pas son but. Alors qu'est-ce que Jésus voulait dire par là ?

Le premier chapitre de l’Évangile de Marc fait référence au baptême de Jésus ainsi : le Père a parlé du ciel, et le Saint-Esprit (sous la forme d'une colombe) est descendu sur Jésus baptisé (Marc 1: 9-11).

L’Église primitive comprenait que la conséquence du baptême était de recevoir le pouvoir du Saint-Esprit. Le savant anglican John Nolland l'exprime bien quand il écrit que l’Évangile de Matthieu «a été sur l'action du Père à travers le Fils et par l'intermédiaire du Saint-Esprit» ( Le Commentaire du Nouveau Testament Grec International: L’Évangile de Matthieu).
Le baptême a marqué le début d'une relation personnelle avec le Père et le Fils au moyen du Saint-Esprit, qui est la puissance de Dieu. En aucun cas ce verset ne prouve quoi que ce soit sur la nature ou l'apparence de Dieu.

Un troisième verset souvent utilisé pour justifier la Trinité est 2 Corinthiens 13:14: "La grâce du Seigneur Jésus-Christ, et l'amour de Dieu, et la communion du Saint-Esprit soit avec vous tous."

Si ce verset était destiné à être une déclaration trinitaire, il est curieux que Paul ait mentionné le Fils avant le Père. Cependant, il n'y a aucune indication que Paul faisait une déclaration au sujet de la nature de la Divinité.

Dans la plupart des premières déclarations des lettres du Nouveau Testament, la référence au Saint-Esprit est manifestement absente. Par exemple, dans son salut à l'église de Rome, Paul écrit: «Grâce à vous et paix de Dieu notre Père et le Seigneur Jésus-Christ.» Si le Saint-Esprit était une troisième personne de la Divinité, cela ne serait-il pas un oubli sérieux?

La réalité est que le Nouveau Testament offre une preuve flagrante que Jésus-Christ est Dieu tout comme le Père est Dieu. D'autre part, le Saint-Esprit n'est pas mentionné en ces termes. La Bible ne parle pas directement de la personnalité de l'Esprit, alors qu'elle parle clairement du Père et du Fils en tant qu'Êtres individuels distincts.

Dans l'Évangile de Jean, Jésus dépeint l'Esprit comme un aide et un consolateur. Dans ses instructions finales aux disciples, le Christ leur a dit: «Vous recevrez le pouvoir lorsque le Saint-Esprit viendra sur vous» (Actes 1: 8). Le Nouveau Testament montre donc clairement que le Saint-Esprit n'est pas une personne mais la puissance de Dieu.

Au premier siècle, l'apôtre Paul a lancé un avertissement fort aux disciples du Christ qui étaient influencés par les philosophes grecs. La Nouvelle Traduction Vivante le dit ainsi: "Ne laissez personne vous capturer avec des philosophies vides et des absurdités qui proviennent de la pensée humaine et des pouvoirs spirituels de ce monde, plutôt que de Christ" (Colossiens 2: 8).

Si les Écritures ne décrivent pas Dieu comme un Être comprenant trois personnes, devrions-nous nous fier à d'anciennes idées païennes ou philosophiques pour le définir en ces termes ? Emprunter des idées à d'anciens systèmes de croyances qui étaient souvent en opposition directe avec le Dieu de la Bible ne fait rien pour nous aider.

En tant qu'êtres humains, il est vrai que la pleine nature de Dieu ne nous est pas entièrement connue, et ne le sera probablement pas jusqu'au moment où il se révélera complètement à nous. En attendant, ce que nous pouvons savoir, c'est que la Bible parle du Père et du Fils en tant qu’Êtres distincts, et du pouvoir par lequel ils agissent comme étant le Saint-Esprit.

Sauf indication contraire, les citations des Écritures proviennent de la Nouvelle version King James (© 1988 par Thomas Nelson, Inc.), utilisées avec permission. Tous les droits sont réservés.


Traduction de Caleb dans: http://www.discernerlesondushofar.com/dieu-une-trinite-david-hulme-a132417488 et moi-même.

Novembre 2017
Jacquy Mengal

dimanche 1 octobre 2017

Quelle époque de confusion !

Mes amis, ce n'est pas la première fois que je me permets d'adresser une exhortation sous forme d'avertissement sur ce blog. Non pas que je me prenne pour une sentinelle veillant sur quelque âme vacillante ou un donneur de leçons qui n'aurait plus rien à apprendre. Non, cet avertissement, je le donne en toute humilité et sans aucun esprit de rivalité ou de condescendance, car nous sommes tous confrontés par l'immense confusion qui se répand, telle une tache d'huile, dans notre monde hyper-médiatisé.

C'est plus particulièrement aux nouveaux convertis et aux gens qui cherchent sincèrement la vérité dans la Bible que je m'adresse. En faisant preuve d’empathie à leur égard, je me dis parfois qu'ils (ou elles) doivent avoir beaucoup de patience et de détermination pour essayer de découvrir la vérité à travers tous ce dédale de fausses religions, de sectes et de doctrines erronées.

Quand j'ai été baptisé, au début des années 1980, Internet n'était pas encore développé comme il l'est aujourd'hui. Nous étions peut-être moins informés, mais aussi moi submergés par toutes ces inepties que l'on peut voir sur les réseaux sociaux, des forums, des blogs et autres sites web !

Je reconnais avoir eu la chance d'avoir été appelé au sein d'une congrégation qui était assez fidèle à la vérité biblique et qui enseignait des doctrines fondées sur les textes du Premier et du Nouveau testaments.
Je dis cela - même si j'ai quitté cette congrégation pour des raisons d'éloignement géographique et sans la moindre dispute - en ayant surtout fait le bilan de ce que j'y avais appris pendant le temps que j'y suis resté. C'est en effet quelques années après avoir quitté cette Église que j'ai commencé à ré-étudier minutieusement l'enseignement que j'y avais reçu à cette époque-là. Et je me rends compte que j'ai eu la chance d'avoir acquis un enseignement de base assez fidèle aux révélations des Prophètes, des Apôtres et, bien sûr, du Seigneur lui-même.

Cette congrégation m'a enseigné que le Nouveau testament ne remplaçait pas le Premier (l'Ancien testament), mais le complétait ; que la loi royale (le Décalogue) donné au mont Sinaï était toujours valable, et que le croyant, qu'il soit Juif ou non-Juif, plaisait au Seigneur en respectant autant le repos du shabbat (samedi) que les sept fêtes de Dieu mentionnées dans les Écritures. Cette Église m'a enseigné que la foi et la grâce n'annulaient pas la loi ; que personne n'était ressuscité à ce jour, excepté évidemment Yéchoua le Messie ; que Elohim (Dieu) représentait la famille divine, composée du Père Tout-Puissant, que personne n'a jamais vu, et son Fils, qui s'est fait homme sous le nom de Yéchoua (Jésus-Christ). Et enfin que l'Esprit-saint était la force et la puissance commune d'Elohim (le Père et le Fils).

Alors, vous savez mes amis, quand j'entends certains croyants censément instruits affirmer que la NASA nous aurait menti, parce que la terre serait plate comme une pizza, ou creuse comme un ballon ! Quand j'entends dire que des livres comme celui d’Hénoch ou d'autres livres apocryphes sont inspirés et devraient faire partie du canon biblique. Ou quand j'entends dire que le Seigneur était marié à Marie de Magdala, puis que je vois toutes les dérives sectaires de certains groupes ou individus isolés, je suis, comme certains d'entre-vous, abasourdi et consterné !

Mais devrions-nous être étonnés de voir apparaître toutes ces séductions ? Bien sûr que non, voyons, puisque les Écritures nous avaient avertis de ces dérives :

« Car le temps viendra où les hommes ne voudront plus écouter le véritable enseignement, mais ils suivront leurs propres désirs et rassembleront auprès d'eux une foule de maîtres qui leur diront ce qu'ils désirent entendre. Ils n'écouteront plus la vérité, ils s'en détourneront pour porter toute leur attention sur des légendes. » (II Tim. 4 : 3-4).

Mes amis, nous sommes bel et bien arrivés dans ce temps de séduction et de confusion, et si la plupart d'entre-nous avons pu éviter de tomber dans le piège des impostures grossières, il nous faut redoubler de vigilance face à d'autres mensonges plus subtils encore.

C'est ainsi qu'il y a malheureusement des gens qui ne supportent pas l'enseignement donné par d'autres, même s'il est véritablement fondé sur l’Écriture et argumenté objectivement avec de nombreuses références bibliques.
Quelques-uns, étant en effet persuadés d'avoir reçu une révélation, ou pensant avoir reçu une mission spéciale du ciel, remettent en question des doctrines évidentes et avérées comme la signification des fêtes, qui nous montrent clairement le plan divin pour l'humanité. D'autres élaborent des théories sur le retour du Messie en s'appuyant sur des calculs savants de datation. Puis il y a ceux qui interprètent les prophéties relatives au temps de la fin d'une façon tout à fait fantaisiste en négligeant certains passages des Écritures.

« Mes amis, je faisais tout mon possible pour vous écrire au sujet du salut que nous avons en commun, quand je me suis vu dans l'obligation de vous adresser cette lettre afin de vous encourager à combattre pour la foi que Dieu a donnée une fois pour toutes à ceux qui lui appartiennent. » (Jude 3).

J'ignore si ces gens agissent par orgueil ou par esprit de contradiction, mais il est certain que ce n'est pas de cette manière que l'on parviendra à obtenir le même esprit et à former un éventuel rassemblement dans le futur.

« Frères, je vous le demande au nom de notre Seigneur Jésus-Christ : mettez-vous d'accord et qu'il n'y ait pas de divisions parmi vous ; soyez parfaitement unis, en ayant la même façon de penser, la même intention. » (I Cor. 1 : 10).

Je vous exhorte donc à rester vigilants en évitant de vous laisser entraîner dans toutes ces dérives sectaires et ces divagations doctrinales, quant bien même elles paraissent séduisantes et novatrices.

« Je vous le demande, frères, prenez garde à ceux qui suscitent des divisions et égarent les croyants en s'opposant à l'enseignement que vous avez reçu. Eloignez-vous d'eux. » (Rom. 16 : 17).

Note :

Pour ceux et celles qui désirent commencer une étude sérieuse de la Bible, je ne peux que leur conseiller l'étude préalable d'un cours biblique très bien réalisé et entièrement gratuit : http://www.coursdebible.org/

Salutations et bonne fête des Tentes

Octobre 2017
Jacquy Mengal

lundi 11 septembre 2017

Alerte dans les Caraïbes !

Alors que la Floride et les îles situées dans la mer des Caraïbes n'ont pas encore eu le temps de se remettre des dégâts causés par l'ouragan « Irma », nous assistons indignés au chaos qui règne dans plusieurs îles antillaises touchées par l'ouragan et aux pillages de quelques bandes de voyous sans scrupules.

Nous ne pouvons évidemment pas rester insensibles aux appels à l'aide et aux cris de désespoir des habitants de ces îles qui, pour certains, ont tout perdu lors du passage de cet ouragan monstrueux. Et, en espérant que les autorités locales et nationales répondent diligemment aux besoins urgents de leurs ressortissants, nous ne pouvons que prier avec ardeur pour que le Seigneur protège les plus faibles et ceux qui lui appartiennent.

Cependant, il est inutile de se voiler la face mes amis : ces catastrophes naturelles à répétition, ainsi que les conflits meurtriers qui sévissent un peu partout dans le monde ne sont pas prêts de cesser !
Il nous faut bien admettre que nous sommes arrivés au seuil d'une époque troublée que plusieurs prophètes de l'ancien Israël avaient décrite comme étant « le temps de la fin » !

« Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Sur la terre, les nations seront dans l'angoisse, rendues inquiètent par le bruit violent de la mer et des vagues. » (Luc 21 : 25).

Tous ces signes célestes et ces phénomènes naturels auxquels nous assistons depuis plusieurs années sont autant d'avertissements qui font bel et bien partie du sixième sceau. Malgré le ricanement des moqueurs et l'insouciance des mondains, nous nous dirigeons inéluctablement vers la fin de notre civilisation consumériste !

Quoi qu'en pensent certains, la tétrade de 2014-2015 représentait bien un signe du sixième sceau. Mais ce n'est pas le seul ! Vous êtes-vous déjà demandés quel était le phénomène rapporté dans le passage : « le ciel disparut comme un livre en parchemin que l'on roule », dans Apocalypse 6 : 14 ? Ce phénomène représente assurément toutes ces tornades qui sont de plus en plus nombreuses et dévastatrices.
Quant aux montagnes et aux îles qui disparaissent (suite du verset 14), les rapports scientifiques de ces dernières années confirment bien le déroulement de ces catastrophes. Ainsi, au mois de mai 2016, il fut rapporté que cinq îles de l'archipel des Salomon dans le Pacifique avaient disparu sous les flots. Et il devient de plus en plus fréquent qu'une montage s’affaisse en raison de la fonte des glaces et/ou des séismes.

Alors que nous sommes déjà dans le septième sceau, sachez que les sceaux précédents sont toujours ouverts. En s'ouvrant, un sceau s'additionne aux précédents et ne les ferme pas !

Septembre 2017
Jacquy Mengal