Présentation :

La Bible est-elle vraiment inspirée ? L'accomplissement exact de nombreuses prophéties depuis des siècles confirme son authenticité. La Bible révèle notre passé, notre présent et notre avenir; à nous de les découvrir !
Sauf mention contraire, les citations bibliques sont tirées de la Bible en français courant éditée par l'Alliance Biblique Universelle, 1983. A ceux qui désirent copier et publier des articles, je leur demande de mentionner le titre et le lien URL de l'article, ainsi que le nom de l'auteur. Les commentaires anonymes et non signés ne seront plus publiés. Merci et bonne lecture.

mercredi 30 mars 2011

Le Seigneur est-il resté trois jours et trois nuits dans le tombeau ?

Au cours de son ministère, notre Seigneur avait annoncé, à plusieurs reprises, sa mort et sa résurrection à ses disciples. Il donna même certains détails concernant ses derniers moments et le temps qu'il passerait dans la tombe :

« A partir de ce moment Jésus se mit à parler ouvertement à ses disciples en disant : - Il faut que j'aille à Jérusalem et que j'y souffre beaucoup de la part des anciens, des chefs des prêtres et des maîtres de la loi. Je serai mis à mort et, le troisième jour, je reviendrai à la vie. » (Matthieu 16 : 21).

Nous savons que Yéchoua a été crucifié lors d'une Pâque (1), tel un agneau immolé (I Cor. 5 : 7), comme l'ont révélé de nombreuses prophéties des siècles avant sa venue dans le monde (Esaïe 53). Et si la majorité des croyants ne remettent aucunement en question cette vérité historique et prophétique, beaucoup croient, en toute bonne foi, qu'il fut crucifié un vendredi après-midi et qu'il ressuscita le dimanche matin suivant.

Voici comment la Bible, version Louis Segond, relate ce qui s'est passé, lorsque notre Seigneur a rendu son dernier souffle :

« Dans la crainte que les corps ne restassent sur la croix pendant le sabbat, - car c'était la préparation, et ce jour de sabbat était un grand jour, - les Juifs demandèrent à Pilate qu'on rompît les jambes aux crucifiés, et qu'on les enlevât. » (Jean 19 : 31).

« Comme c'était le jour qui précédait le sabbat des Juifs et que le tombeau était tout proche, ils y déposèrent Jésus. » (Jean 19 : 42).

De nombreux lecteurs ont crû comprendre que le shabbat, dont il est question dans ces passages, était un samedi. Ainsi, ils pensent, mais à tord, que les corps des crucifiés (ceux des deux bandits et celui du Seigneur) ont été enlevés de la croix et mis au tombeau la veille du shabbat (hebdomadaire), c'est-à-dire le vendredi.
C'est du reste, ce que la version en français courant de la Bible note par cette traduction erronée : « c'était vendredi et les chefs ... » (Jean 19 : 31).

Si le Seigneur a été crucifié un vendredi et qu'il est mort le jour même dans l'après-midi, pour ressusciter le dimanche matin, il semble alors qu'il ne soit resté qu'un seul jour et deux nuits au sein de la terre.


 En effet, entre le vendredi en fin d'après-midi, quand son corps fut déposé dans la tombe, et le dimanche à l'aube, lorsque les femmes sont venues au tombeau, il n'y a manifestement qu'un jour et deux nuits tout au plus!

Or, à l'appui de sa propre déclaration, répétée à plusieurs reprises (Matth. 17 : 22-23; 20 : 18-19; 27 : 63; I Cor. 15 : 4), notre Seigneur Yéchoua a fait référence au livre de Jonas pour annoncer qu'il resterait mort ou sein de la terre trois jours et trois nuits.

« Car, de même que Jonas a passé trois jours et trois nuits dans le ventre du grand poisson, ainsi le Fils de l'homme passera trois jours et trois nuits dans la terre. » (Matthieu 12 : 40).

Y aurait-il donc une erreur dans les Ecritures et devrions-nous mettre la parole du Seigneur en doute ? Bien sûr que non; la Parole de Dieu est vérité (Jean 17 : 17).
Cette apparente contradiction n'est rien de moins qu'une incompréhension et une méconnaissance évidente des fêtes de Dieu mentionnées dans les Ecritures.

Reprenons le passage de Jean 19 : 31; le verset note que : « ce jour de sabbat était un grand jour ». La Bible ne se trompe pas : ce jour de shabbat était effectivement un grand jour, car ce n'était pas un shabbat ordinaire, c'est-à-dire qu'il ne s'agissait pas d'un samedi, mais bien du premier jour de la fête des Pains sans levain, qui suit immédiatement la Pâque, et qui est considéré comme un shabbat annuel (en comparaison avec les shabbats hebdomadaires, les samedis).
Ce premier jour des Pains sans levain pouvait (comme aujourd'hui d'ailleurs) tomber n'importe quel jour et il était considéré au même titre qu'un shabbat hebdomadaire (samedi).

« Le quatorzième jour du premier mois de l'année, dès le soir, célébrez en mon honneur la fête de la Pâque. Le quinzième jour du même mois commencera la fête des Pains sans levain. Pendant sept jours, le pain que vous mangerez sera sans levain. Le premier jour de cette semaine, vous vous rassemblerez pour m'adorer. Ce jour-là, vous n'accomplirez pas votre travail ordinaire. » (Lévitique 23 : 5-7).

Quel jour notre Seigneur a-t-il été crucifié et quand est-il ressuscité ?

De façon très claire et sans ambigüité, on peut dire que le Seigneur est ressuscité dès le samedi soir, puisque quand les femmes arrivent au tombeau le dimanche à l'aube, elles s'aperçoivent que son corps n'est plus là :

« Très tôt le dimanche matin, les femmes se rendirent au tombeau, en apportant les huiles parfumées qu'elles avaient préparées. Elles trouvèrent la pierre roulée loin de l'entrée du tombeau; elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. » (Luc 24 : 1-3).

Ainsi donc, si le Seigneur était déjà ressuscité dans la nuit de samedi à dimanche et qu'il est resté trois jours et trois nuits dans la tombe, il évident qu'il a dû mourir un mercredi dans l'après-midi et certainement pas un vendredi (2); puis qu'il est ressuscité dès le samedi soir, au coucher du soleil.


En effet, entre le mercredi fin d'après-midi, au moment de la mise au tombeau et le samedi au coucher du soleil,(3) nous avons bien trois jours et trois nuits. Et si la Pâque tombait cette année-là un mercredi, le jeudi était forcément le premier jour des Pains sans levain, qui est un shabbat annuel.(4)

C'était pour ne pas profaner le repas de la Pâque (le mercredi soir) et le shabbat du premier jour des Pains sans levain (le jeudi) que les accusateurs du Messie l'ont livré rapidement aux autorités romaines afin qu'il soit mis à mort (Jean 18 : 28), et pour la même raison que Joseph d'Arimathée s'est empressé de réclamer le corps du Seigneur pour l'ensevelir avant la fête (Jean 19 : 38-42).

Notes :
  1. Voir l'article «La fête de la Pâque».
  1. Nous ne parlerons pas de la date de la mort de notre Seigneur ici, car ce sujet très controversé requiert une étude approfondie et argumentée. Il faut, en effet, tenir compte de plusieurs paramètres tels que la nouvelle et la pleine lune de l'époque, la prophétie des 70 semaines de Daniel, des versets spécifiques nous apportant des précisions quant à l'époque du ministère de Yéchoua et le calcul des Jubilés, etc. Néanmoins, en tenant compte de ces différents éléments, il semblerait qu'il aurait été crucifié le mercredi 5 avril de l'an 30.
  1. Dans le calendrier hébraïque, le jour commence au coucher du soleil; on peut donc considérer que le Seigneur est ressuscité à la fin du shabbat.
  1. Je tiens à remercier, ici, l'Eglise de Dieu (The Worldwide Church of God) qui m'a révélé cette vérité historique et prophétique, au début des années 1980.
Salutations chrétiennes et Shalom ouvrakha
Pâque 2011
Jacquy Mengal