Présentation :

La Bible est-elle vraiment inspirée ? L'accomplissement exact de nombreuses prophéties depuis des siècles confirme son authenticité. La Bible révèle notre passé, notre présent et notre avenir; à nous de les découvrir !
Sauf mention contraire, les citations bibliques sont tirées de la Bible en français courant éditée par l'Alliance Biblique Universelle, 1983. A ceux qui désirent copier et publier des articles, je leur demande de mentionner le titre et le lien URL de l'article, ainsi que le nom de l'auteur. Les commentaires anonymes et non signés ne seront plus publiés. Merci et bonne lecture.

lundi 2 décembre 2013

De grands signes dans le ciel ...

Les tétrades

Tous ceux qui se tiennent au courant des informations et de l'actualité du monde savent que nous allons assister à un phénomène céleste assez rare en 2014 et en 2015.
Cet événement, que l'on appelle une tétrade, est une série de quatre éclipses lunaires totales consécutives qui, pour la circonstance, donneront un aspect rouge-sang à la lune.
Si les éclipses lunaires totales ne sont pas très fréquentes, les tétrades le sont encore moins, d'où l'intérêt qu'elles suscitent auprès des scientifiques et des amateurs d'astronomie.
Mais quel pourrait être la signification d'un tel phénomène, somme toute naturel, pour tous ceux et celles qui lisent la Bible et cherchent à comprendre les prophéties quelle contient ?

Étranges coïncidences

Il y a quelques années, le pasteur Mark Biltz, de la congrégation messianique « El Shaddaï Ministries » (1), dans l’État de Washington (USA), a fait une découverte très surprenante en étudiant les tétrades qui ont eu lieu depuis plusieurs siècles.
Aidé par la NASA dans ses recherches, Mark Biltz a remarqué que ces quatre prochaines éclipses lunaires tomberont lors des jours de fêtes bibliques.
Soit : lors de la Pâque (Pessa'h) en 2014, puis le premier jour de la fête des Tabernacles (Souccot) de la même année. Ensuite, à nouveau lors de la Pâque de 2015 et enfin la quatrième éclipse lors des Tabernacles en 2015 (2).

Par ailleurs, il a constaté que les tétrades qui ont eu lieu par le passé, lors des jours de fêtes juives, coïncidaient avec des événements importants touchant plus particulièrement le peuple juif.
Ainsi, à la fin de l'inquisition espagnole (en 1492), alors que les Juifs furent contraints de quitter l'Espagne s'ils refusaient de se convertir au Catholicisme, il y eut une tétrade les deux années suivantes, au moment des fêtes juives :

Lors de la Pâque, le 2 avril 1493,
à Souccot, le 25 septembre 1493,
lors de la Pâque, le 22 mars 1494,
et à Souccot, le 15 septembre 1494.

Puis une autre, les deux années qui suivirent la guerre d'indépendance du nouvel État d'Israël :

A Pâque, le 13 avril 1949,
à Souccot, le 7 octobre 1949,
à Pâque, le 2 avril 1950,
et à Souccot, le 26 septembre 1950.

Ainsi qu'à l'occasion de la guerre des Six-jours de 1967, lorsque Jérusalem fut réunifiée :

A Pâque, le 24 avril 1967,
à Souccot, le 18 octobre 1967,
à Pâque, le 13 avril 1968,
et à Souccot, le 6 octobre 1968.

Mais ce n'est pas tout ! Mark a également remarqué qu'il y aura une éclipse solaire totale le 1er Nisan en 2015 (le 20 mars) ; soit le premier jour de l'année biblique, une quinzaine de jours avant la troisième éclipse lunaire de la tétrade.

Est-ce un signe d'avertissement ?

Les éclipses sont des phénomènes naturels qui ne devraient pas nous effrayer, mais plutôt nous avertir :

« Ainsi parle l’Éternel ; N'imitez pas la voie des nations, Et ne craignez pas les signes du ciel, parce que les nations les craignent. » (Jér. 10 : 2).

Cependant, quand on sait l'importance que revêt pour les Juifs, la signification des phénomènes célestes et plus spécialement la symbolique liée aux éclipses, on peut se demander si ces signes célestes ne constituent pas finalement un avertissement pour l'humanité ?

Voici en effet ce que rapporte le Talmud (3) :

« Nos rabbins enseignaient : lorsqu'il y a une éclipse du soleil, c'est un mauvais présage pour les idolâtres ; et quand il y a une éclipse de lune, c'est un mauvais présage pour Israël … Si son visage est rouge comme le sang, c'est un signe que l'épée va venir sur le monde, … » (Talmud de Babylone, version Soncino, extrait de Succah 29a)

Mais c'est avant tout dans les Écritures que nous trouvons l'explication exacte et la signification prophétique de ce genre de phénomène céleste.
En effet, il faut savoir que les astres ont été créés, non seulement pour éclairer la terre, marquer les époques, les jours, les années et fixer les fêtes, mais également pour être des signes pour l'humanité :

« Dieu dit : Qu'il y ait des luminaires dans l'étendue du ciel, pour séparer le jour d'avec la nuit ; que ce soient des signes, pour marquer les époques, les jours et les années ; et qu'ils servent de luminaires dans l'étendue du ciel, pour éclairer la terre. » (Gen. 1 : 14, version L. Segond).

« ... sa dynastie {de David} se maintiendra aussi longtemps que le soleil, tant que la lune sera là, fidèle témoin, derrière les nuages. » (Ps. 89 : 37-38).

« il y a aura de terribles tremblements de terre et, dans différentes régions, des famines et des épidémies ; il y aura aussi des phénomènes effrayants et de grands signes venant du ciel. » (Luc 21 : 11).

« le soleil deviendra obscur et la lune rouge comme du sang, avant que vienne le jour du Seigneur, ce jour grand et glorieux. » (Actes 2 : 20/Joël 3 : 4).

Ces signes célestes correspondent en effet à une partie du sixième sceau du livre de l'Apocalypse :

« Puis je vis l’Agneau briser le sixième sceau. Il y eut un violent tremblement de terre; le soleil devint noir comme une étoffe de deuil et la lune tout entière devint rouge comme du sang ... » (Apoc. 6 : 12).

Pour Mark Biltz, ces phénomènes célestes constituent sans aucun doute un avertissement qu'il nous faut considérer avec attention et un signe évident du prochain retour de notre Seigneur Yéchoua sur terre.
Le plus surprenant est que ces signes célestes sont très rares et que leur coïncidence avec les fêtes de Dieu ne se verra plus au cours de notre siècle ! Le pasteur affirme qu'ils constituent avant tout un signe pour Israël et qu'il n'est pas étonnant qu'une tétrade ait eu lieu juste après la création de l'État d'Israël en 1948, puis une autre à l'époque de la guerre des Six jours en 1967, lorsque Jérusalem fut réunifiée.

La prochaine tétrade aura lieu :

A Pâque, le 15 avril 2014,
à Souccot, le 8 octobre 2014,
le 20 mars 2015 (1er Nisan, éclipse solaire totale),
à Pâque, le 4 avril 2015,
et à Souccot, le 28 septembre 2015.

Tableau des éclipses de 2014-2015 établit par Mark Biltz



Mark a dit : «Vous avez le début de l’année religieuse avec l’éclipse solaire totale le 29 Adar/1 Nisan (le 20 mars 2015); deux semaines plus tard, une éclipse lunaire totale lors de la Pâque (le 4 avril 2015); puis, l’année civile (juive) qui débute avec une éclipse solaire; suivie deux semaines plus tard par une autre éclipse totale de lune rouge-sang lors de la fête de Souccot, en 2015».

Le 6e sceau et la 4e trompette

Mais, attention mes amis, dans la chronologie des événements à venir, il est essentiel de ne pas confondre le 6e sceau et la 4e trompette. En effet, le passage de Matthieu 24 : 29 (ci-dessous) représente bien la 4e trompette décrite dans Apocalypse 8 : 12 et non le 6e sceau (quoique cette 4e trompette soit en quelque sorte incluse dans le 6e sceau et en soit un prolongement !) :

« Aussitôt après la souffrance de ces jours-là, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa clarté, les étoiles tomberont du ciel et les puissances des cieux trembleront. » (Matt. 24 : 29).

« Puis le quatrième ange sonna de la trompette. Le tiers du soleil fut frappé, ainsi que le tiers de la lune et le tiers des étoiles, de sorte qu'ils perdirent un tiers de leur clarté, il n'y eut pas de lumière pendant un tiers du jour et également pendant un tiers de la nuit. » (Apoc. 8 : 12). Voir également Esaïe 13 : 9-10.

Remarquez qu'il n'est pas dit, ici, que la lune deviendra rouge-sang, mais bien qu'elle ne donnera plus sa clarté. En fait, chronologiquement cet événement (la 4e trompette) aura lieu après le phénomène de lune rouge-sang (le 6e sceau).
Ce qui signifie également que la persécution finale (4) précédera la 4e trompette :

« Mais en ces jours-là, après ce temps de souffrance, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa clarté » (Marc 13 : 24, qui correspond à Matt. 24 : 29 et Apoc. 8 : 12).

Pour s'en convaincre, comparons les chapitres 3 et 4 du livre de Joël. Joël 3 : 3-4 représente le 6e sceau et correspond à Apocalypse 6 : 12-14 et les autres versets y afférents :

« Le soleil deviendra obscur et la lune rouge comme du sang, avant que vienne le jour du Seigneur, ce jour grand et redoutable. » (Joël 3 : 4).

« Puis je vis l'Agneau briser le sixième sceau. Il y eut un violent tremblement de terre, le soleil devint noir comme une étoffe de deuil et la lune tout entière devint rouge comme du sang. » (Apoc. 6 : 12). Voir également Esaïe 24 : 23.

Tandis que Joël 4 : 15-16 fait plutôt référence à la 4e trompette qui correspond à Apocalypse 8 : 12 mentionné ci-dessus :

« Le soleil et la lune ne brillent plus, les étoiles perdent leur éclat. Le Seigneur rugit du mont Sion, de Jérusalem il fait tonner sa voix. Le ciel et la terre tremblent ! Mais le Seigneur protège son peuple, il est un refuge pour les Israélites. » (Joël 4 : 15-16).

Cela signifie donc que les premiers signes du 6e sceau ont déjà été observés et continueront à l'être dans les années à venir. Quant à la 4e trompette, elle «retentira» après le début de la persécution finale (lors de la grande tribulation) et annoncera la venue imminente du Messie.

Qu'est-ce que cette prochaine tétrade pourrait annoncer ?

Verrons-nous arriver cette fameuse « semaine » de sept années (la septantième) annoncée par le prophète Daniel ? Un temple sera t-il rebâti à Jérusalem et le sacrifice perpétuel y sera t-il rétabli ? ...

« Il fera une solide alliance avec plusieurs pendant une semaine, et durant la moitié de la semaine il fera cesser le sacrifice et l'offrande ; le dévastateur commettra les choses les plus abominables, jusqu'à ce que la ruine et ce qui a été résolu fondent sur le dévastateur.» (Dan. 9 : 27, version L. Segond).

« Il s'opposera à tout ce que les hommes adorent et à tout ce que les hommes considèrent comme divin. Il s'élèvera contre tout cela, et ira jusqu'à pénétrer dans le temple de Dieu pour s'y asseoir et se faire passer lui-même pour Dieu. » (II Thes. 2 : 4).

Ce qui paraît évident, c'est que cette alliance de sept ans sera conclue pour mettre un terme à un conflit majeur qui frappera le Moyen-Orient d'ici peu ! (Ce conflit a probablement déjà commencé avec la guerre en Syrie). Car cette alliance entre plusieurs pays aura pour but le maintien d'une paix relative dans toute cette région. Le monde entier sera concerné par ce conflit, car pour beaucoup de pays, il s'agira de sécuriser leurs approvisionnements en pétrole.

Bien sûr, les mauvaises langues et les moqueurs vous diront que tout cela n'est que superstitions ou affabulations ; qu'il y a toujours eu des éclipses « rouge-sang » et des éclipses solaires plongeant la terre dans les ténèbres ; et que cela a toujours effrayé les hommes de tous temps et en tous lieux.

D'autre part, on voit déjà apparaître depuis quelque temps de nombreux prédicateurs et autres télé-évangélistes nous annonçant sur un ton menaçant le déroulement précis de ce qu'ils estiment être la vérité.
La Bible avait depuis longtemps aussi prédit l'arrivée de ces faux enseignants et elle nous met en garde à ne pas les suivre, car ces gens prêchent souvent pour faire « salle comble » aidés par leurs publicités tapageuses. C'est l'argent et la notoriété qui les intéressent, rien d'autre !

« De nombreux faux prophètes apparaîtront et tromperont beaucoup de gens. » (Matt. 24 : 11).

Quant à ces signes célestes, ils ne doivent certainement pas nous effrayer, mais plutôt éveiller notre attention et nous avertir des événements à venir :

« ... Vous savez interpréter les aspects du ciel, mais vous êtes incapables d’interpréter les signes qui concernent ces temps-ci. » (Matt. 16 : 3).

Notes :

1) Lien vers "El Shaddai Ministries" : http://www.elshaddaiministries.us/

2) Plus précisément lors des Pains azymes 2014 et 2015

3) Le Talmud est un ensemble de livres traitant des traditions juives et du judaïsme qui fut rédigé par les rabbins entre le IIIe siècle et le Ve siècle ap. J.-C. Il y existe deux versions du Talmud, celle de Babylone et celle de Jérusalem qui sont constituées de la même Michna et d'une Guemara différente pour chaque version (la Guemara est un commentaire de la Michna). Quoique le Talmud ne soit pas un livre inspiré par Dieu, il contient cependant des précisions historiques et des détails intéressants concernant les traditions juives.

4) Il s'agit bien, ici, de la persécution finale, car toutes les persécutions dont les vrais croyants ont été les victimes depuis 2000 ans sont décrites dans le 5e sceau qui précède évidemment l'ouverture du 6e sceau (Apoc. 6 : 9-11). Le verset 11 nous indique cette dernière persécution.

Salutations et cordial shalom.

Décembre 2013,
Jacquy Mengal


jeudi 14 novembre 2013

La Bible est-elle fiable ?

La Bible est probablement le livre de tous les superlatifs !
En effet, si ce livre reste un des ouvrages le plus traduit et le mieux vendu au monde, c'est aussi, parmi les livres religieux, celui dont les textes sont les plus interprétés et suscitent le plus de controverses; voire de l'hostilité de la part de ses détracteurs (1).

Un ensemble unique de livres ...

La Bible, du grec « ta Biblia » (les livres), est composée de 66 livres (2) qui ont été écrits par une quarantaine d'écrivains (3) sur une période de temps de plus ou moins 1500 années.
La première partie des Écritures, appelée « Ancien Testament » par les Chrétiens et Tanakh (la Bible hébraïque) par les Juifs, compte 39 livres qui ont été rédigés en hébreu (avec des parties en araméen) entre 1400 et 400 av. J.-C. Son Canon a été fixé définitivement à Jamnia (Israël) en 98 ap. J.-C.
La deuxième partie appelée « Nouveau Testament » comprend 27 livres qui ont été rédigés en grec entre 49 et 95 ap. J.-C. Ils sont reconnus uniquement par le monde chrétien et leur Canon a été fixé au IIe siècle de notre ère.

L'intérêt de la Bible réside non seulement dans les différents genres littéraires qu'elle nous offre (prophétique, poétique, historique, etc), mais également en tant que source historique comparative ancienne, et bien entendu, pour chaque croyant, dans sa révélation inspirée par le Dieu d'Israël.

Le Premier Testament (4) est divisé en trois parties principales auxquelles le Seigneur Yéchoua s'est référé à plusieurs reprises, lors de son ministère :

«- Voilà ce que je vous ai déclaré quand j'étais encore avec vous : tout ce qui est écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, dans les livres des prophètes et dans les psaumes devait se réaliser. » (Luc 24 : 44).

Ces trois parties étant :

Le Pentateuque (Torah), le Livre de la Loi ou Livre de Moïse (Deut. 31 : 24-26; Josué 8 : 34; II Chron. 25 : 4; Néh. 8 : 14 et Matt. 5 : 17),
Les Prophètes (Nebiim), ou Livres des prophètes (Matt. 7 : 12),
Les Psaumes (Ketubim), appelés aussi Autres Écrits (Luc 24 : 44).

Au départ, il faut savoir qu'il y avait un plus grand nombre de livres et c’est par sélection que s’est constituée la Bible que nous connaissons aujourd'hui.
Et si certains livres n’ont pas été retenus, tels ceux appelés apocryphes, d’autres ont été perdus, quoique certains aient été conservés en partie dans d'autres livres du Premier Testament.

Ces livres « perdus » sont :

- Le Livre des Guerres du Seigneur, qui était un recueil de poèmes (Nomb. 21 : 14),
- Le Livre du Juste (Josué 10: 13), également un recueil de poèmes, dont « La Complainte de l’Arc » qui est repris dans II Sam. 1 : 18-27,
- Actes de Salomon (I Rois 11 : 41),
- Le Livre de Samuel, le voyant (I Chron. 29 : 29 ; I Sam. 9 : 9-11),
- Le Livre de Nathan, le prophète (I Chron. 29 : 29 ; II Chron. 9 : 29; II Sam. 12),
- Le Livre de Gad, le prophète (I Chron. 29 : 29),
- Prophétie d'Ahia, de Silo (II Chron. 9 : 29),
- Vision du prophète Yédo (histoire de Jéroboam, fils de Nebat et roi d'Israël; II Chron. 9 : 29),
- Actes du prophète Chemaya (histoire de Roboam; II Chron. 12 : 15),
- Livre d'Iddo, le voyant, où figurent les listes généalogiques (II Chron. 12 : 15),
- Actes de Yéhou, fils de Hanani, repris dans I Rois 16 (II Chron. 20 : 34),
- Actes de Hozaï (histoire du roi Manassé; II Chron. 33 : 19),
- Le texte de la « Complainte sur la mort du roi Josias » (II Chron. 35 : 25).

Bien sûr, les livres originaux de la Bible ont tous disparu depuis fort longtemps et nous ne possédons que des copies de copies.
Quant à ces livres « perdus », leur absence ne constitue pas une lacune importante, puisque ces livres étaient des poèmes, des récits historiques ou des prophéties à court terme.

Pour le Nouveau Testament, le fragment le plus ancien que l’on ait découvert date de 125 ap. J.-C. Il s'agit du papyrus P52, dit de « John Ryland » où sont inscrits, au recto, le verset de Jean 18 : 31, et au verso, ceux de Jean 18 : 37-38.
Pour le Premier Testament, le document complet le plus ancien que nous possédions est le Codex Leningradensis daté de 1008 ap. J.-C, et qui se trouve à Saint-Pétersbourg.

Il y a aussi des fragments datés du VIe au VIIIe siècle, dont ceux découverts au Caire, et le fragment du papyrus Nash (Ier ou IIe siècle de notre ère) découvert en Égypte et qui contient les 10 Commandements et les versets de Deut. 6 : 4-5.

Il faut aussi mentionner le Codex Sinaïticus (IVe siècle), qui est partiel, le Codex Alexandrinus (Ve siècle) presque complet et le Codex Vaticanus (IVe siècle) qui, comme son nom l'indique, se trouve au Vatican.

Les manuscrits de Qumrân

On peut dès lors comprendre toute l’importance de la découverte exceptionnelle des manuscrits de la mer Morte en 1947.
Parmi l’ensemble des nombreux manuscrits (5) mis au jour et récemment traduits figurent presque tous les livres de la Bible (le plus souvent à l'état partiel), dont celui d’Esaïe qui est complet.
Après une longue et fastidieuse traduction de l'ensemble des manuscrits de la mer Morte, on s’est rendu compte que nos copies les plus anciennes (provenant de la version massorétique (6)), étaient assez fidèles, à quelques détails près, à ces manuscrits datés du 1er siècle av. J.-C. au 1er siècle ap. J.-C.

Ainsi, les quelque mille ans, qui séparent cette copie du livre d'Esaïe trouvée à Qumrân de celle du Codex Leningradensis (1008 ap. J.-C.), n’ont pas altéré la transmission fidèle du Texte.
On peut donc être assuré que l’intégrité des écrits de la Bible et leur bonne transmission à travers les siècles ont été soigneusement préservées grâce aux travail rigoureux et minutieux des scribes juifs :

« Les Juifs sont les gardiens des oracles de Dieu » (Romains 3 : 2).

« Le ciel et la terre disparaîtront, tandis que mes paroles ne disparaîtront jamais » (Luc 21 : 33).

Y a-t-il des erreurs dans la Bible ?

Les détracteurs de tous bords objecteront qu'il est impossible qu'un ensemble de livres écrits sur une si longue période et par tant d'hommes provenant d'horizons si différents ne comporte aucune erreur.
Et bien oui, certaines erreurs se sont glissées dans le Texte mais, de toute évidence, il ne s'agit que d'erreurs de traduction, de compréhension ou tout simplement d'interprétation.

Voici un exemple classique d'erreur de traduction : le terme « mer Rouge », noté dans Exode 15 : 4 de la Bible de L. Segond, s'écrit aujourd'hui « mer des Roseaux » ou encore « mer des Joncs », car la traduction « mer Rouge » est une erreur avérée d'un copiste qui écrivit au XVIIe siècle dans la Bible anglaise du roi Jacques « Red Sea » (mer Rouge) au lieu de « Reed Sea » (mer des Roseaux).
Malgré la correction faite dans nos Bibles modernes depuis quelques années, cette erreur perdure encore chez certains croyants.

Un autre exemple d'erreur d'interprétation se trouve dans Luc 23 : 43. Selon l'endroit où l'on place la virgule dans la phrase, on pourrait comprendre que le Seigneur promit à un des crucifiés, qui se trouvait à ses côtés, qu'il ressusciterait le jour même de sa mort :

« Jésus lui répondit : Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis. »

Alors que toute la Bible déclare que la résurrection n'a pas encore eu lieu et que le Seigneur, lui-même, ne ressuscita pas ce jour-là ! Manifestement, il s'agit, ici, d'une erreur de ponctuation qui conforte une autre erreur d'interprétation ! En plaçant la virgule après le mot « aujourd'hui », on lira :

«Jésus lui répondit : Je te le dis en vérité aujourd'hui, tu seras avec moi dans le paradis. ».
Ce qui est plus conforme à la vérité, compte tenu de tous les autres versets qui proclament que la résurrection n'a pas encore eu lieu. Notons également que la ponctuation était absente dans le texte original et qu'elle fut nécessaire lors de la traduction du texte en français.

Puis, voici une erreur de compréhension. Dans Luc 23 : 54, la Bible en français courant écrit :

« C'était vendredi et le sabbat allait commencer. ».

Il s'agit bien ici d'une erreur de compréhension, car ce n'était pas un vendredi, veille du sabbat hebdomadaire, mais bien la veille d'un sabbat annuel, qui était en l'occurrence le Premier jour des Pains Azymes. Et la veille de ce jour était selon toute vraisemblance un mercredi, jour du sacrifice de la Pâque et de la crucifixion du Seigneur ! Voici la version L. Segond :

« C'était le jour de la préparation, et le sabbat allait commencer ».

Ainsi, si la Bible a bien été écrite par des hommes avec leur caractère, leur tempérament, leur éducation et leur culture, c'est avant tout sous l'inspiration divine qu'elle a été rédigée :

« Nous savons qu'on ne peut pas supprimer ce qu'affirme l'Écriture ... » (Jean 10 : 35).

« Car aucune prophétie n'est jamais venue de la seule volonté d'un homme, mais c'est parce que le Saint esprit les guidait que des hommes ont parlé de la part de Dieu. » (II Pierre 1 : 21).

Bien sûr, il y a des anachronismes et des petites contradictions, mais elles ne sont qu'apparentes et elles s'expliquent très facilement en analysant le texte dans sa version originale. Ce qui fait la force de la Bible et sa surprenante fiabilité est que le message qu'elle donne est identique, du livre de la Genèse à la fin du livre de l'Apocalypse.
Sa cohérence est stupéfiante et c'est le même « fil conducteur » qui unit et lie l'ensemble des livres entre eux.
C'est pour cela qu'il est nécessaire de rassembler tous les passages parlant d'un même sujet pour défendre un point de vue et prouver qu'une doctrine est bien fondée.

« 9 A qui veut-on enseigner la sagesse ? A qui veut-on donner des leçons ? Est-ce à des enfants qui viennent d'être sevrés, qui viennent de quitter la mamelle ?
10 Car c'est précepte sur précepte, précepte sur précepte, règle sur règle, règle sur règle, un peu ici, un peu là. » (Esaïe 28 : 9-10).

On peut donc vraiment considérer les Écritures comme étant la Parole inspirée de Dieu :

«Ta parole est la vérité» (Jean 17 : 17).

Les livres apocryphes et pseudépigraphes

Les livres dits apocryphes («cachés» ou «douteux») par les Protestants et appelés Deutérocanoniques par les Catholiques sont des livres qui sont apparus pour la première fois dans la traduction dite des « Septante » (Bible hébraïque traduite en grecque dès le IIe siècle av. notre ère).
Mais, lors de l'établissement définitif du Canon de la Bible hébraïque, ces livres n'ont pas été reconnus comme divinement inspirés et n'ont donc pas été repris dans la liste des livres canoniques, et cela pour diverses raisons.

Il existe aussi des livres apocryphes du Nouveau Testament qui n'ont pas été repris dans le Canon du Nouveau Testament pour les mêmes raisons que pour le Premier Testament.

Parmi ces livres apocryphes, il y a ceux qui sont appelés « pseudépigraphes », c'est à dire qui sont faussement attribués à un auteur connu (ex. : le Protévangile de Jacques).
Tous les apocryphes du Nouveau Testament sont pseudépigraphes et datent du IIe siècle. C'est du reste en raison de la prolifération de tous ces livres douteux que l'établissement d'un Canon fut nécessaire, afin d'enrayer les déviances des gnostiques et montanistes.

D'une façon générale, ces livres apocryphes n'ont pas été retenus dans les Canons du Premier et du Second Testament parce qu'ils posaient des problèmes de cohérence, de crédibilité ou comportaient des fables et des notions parfois contradictoires par rapport aux livres reconnus depuis le début; et ceci est valable pour les deux Testaments.

Jérôme, dans sa traduction de la Bible en latin au IVe siècle (la Vulgate), a inclus les apocryphes du Premier Testament, mais avec une mise en garde sérieuse sur la crédibilité de ces livres. Quant aux Catholiques, ils ont inclus ces livres dans leurs versions en réaction à la Réforme protestante qui les avait rejetés (7).

Ces livres apocryphes appartiennent à plusieurs styles différents (poétique, historique, fabuleux et apocalyptique), et si le livre de I Macchabées est intéressant d'un point de vue historique, un livre comme Bel et le dragon est un récit tout à fait légendaire.

Liste des livres apocryphes de la Septante :

1. Le Livre de Tobie (ou Tobit),
2. Le Livre de Judith,
3. Le Livre de la Sagesse,
4. Le Livre du Siracide (ou l'Ecclésiastique),
5. Le Livre de Baruch (+ La Lettre de Jérémie),
6. I Macchabées,
7. II Macchabées,
Les suppléments grecs d'Esther,
Les suppléments grecs de Daniel, dont : le cantique des 3 jeunes Hébreux, l'histoire de Suzanne et l'histoire de Bel et le dragon.

Personnellement, s'il m'arrive de me référer aux livres des Macchabées en tant que source historique, je ne considère pas ces livres apocryphes sur le même plan que ceux reconnus et, bien que je ne sois pas Protestant, je préfère m'en tenir à la déclaration de Luther : «Apocryphes : livres à ne pas considérer à l'égal des Écritures Saintes, mais utiles et bons à lire».

Le Nouveau Testament remplace-t-il l'Ancien ?

Il est très surprenant d'entendre certains chrétiens dire que le Nouveau Testament a davantage d'importance que l'Ancien ou qu'il remplace tout bonnement ce dernier !
Cette idée est non seulement erronée, mais contredite par l'Écriture elle-même.

« Selon son habitude, Paul alla dans la synagogue. Trois sabbats de suite, il discuta des Écritures avec les gens qui étaient là, il les leur expliquait et montrait que, d'après elles, le Messie devait souffrir et être ramené de la mort à la vie. » (Actes 17 : 2-3).

« Alors Jésus s'adressa aux foules et à ses disciples : - Les maîtres de la loi et les Pharisiens, dit-il, sont chargés d'expliquer la loi de Moïse. Vous devez donc leur obéir et accomplir tout ce qu'ils vous disent; mais n'imitez pas leur façon d'agir, car ils ne mettent pas en pratique ce qu'ils enseignent. » (Matt. 23 : 1-3).

« Ceux-ci {les Béréens} avaient de meilleurs sentiments que les Juifs de Thessalonique; ils reçurent la parole de Dieu avec beaucoup de bonne volonté. Chaque jour, ils étudiaient les Écritures pour voir si ce que Paul disait était exact. » (Actes 17 : 11).

« car, avec des arguments solides, il démontrait publiquement aux Juifs qu'ils étaient dans l'erreur : il leur prouvait par les Écritures que Jésus est le Messie. » (Actes 18 : 28).

Mais de quelles Écritures est-il question ici ? De la Bible hébraïque bien sûr, le Premier Testament, qui est la base de la foi de chaque croyant, qu'il soit Juif ou Chrétien.

Lorsque les apôtres et les premiers chrétiens se réunissaient chaque sabbat et parlaient au peuple, c'est avec les livres de la Première alliance (l'Ancien Testament) qu'ils enseignaient. Ce qui est logique, puisque le Nouveau Testament n'était tout simplement pas encore écrit !

« Jésus se rendit à Nazareth, où il avait été élevé. Le jour du sabbat, il entra dans la synagogue selon son habitude. Il se leva pour lire les Écritures et on lui remit le livre du prophète Esaïe ... » (Luc 4 : 16-17).

« 14 Pierre se leva alors avec les onze autres apôtres; il se mit à parler d'une voix forte et dit à la foule : - Vous, Juifs, et vous tous qui vivez à Jérusalem, apprenez ceci et écoutez bien ce que je vais vous dire. (...). 16 Mais maintenant se réalise ce que le prophète Joël a annoncé » (Actes 2 : 14-16).

« Depuis ton enfance, en effet, tu connais les Saintes Écritures; elles peuvent te donner la sagesse qui conduit au salut par la foi en Jésus-Christ. » (II Tim. 3 : 15).

Le Premier Testament n'a bien sûr pas été remplacé par le Nouveau. Si ce Premier Testament est la base de notre foi et le fondement de nos connaissances, le Second Testament ne fait que magnifier le Premier et rendre témoignage du Messie que nous avons reconnu en Yéchoua (Jésus-Christ).

« Vous étudiez les Écritures parce que vous pensez trouver en elles la vie éternelle : ce sont justement elles qui parlent de moi ! » (Jean 5 : 39).

Pourquoi étudier les Écritures ?

Comme vous le savez, beaucoup de gens ont un certain a priori lorsqu'on leur parle de la Bible; et ils sont encore plus réticents, si on les invite à la lire ou à l'étudier.
En effet, si certains considèrent les Écritures comme un livre dépassé, ennuyeux ou rébarbatif, d'autres pensent qu'il ne s'agit rien d'autre que d'un recueil de légendes ou de mythes anciens auquel il ne faut attacher aucune importance !
Mais, nous qui sommes croyants, nous savons très bien qu'il s'agit ni plus ni moins que de la Parole écrite de Dieu et que tous les livres qui la composent sont inspirés par le Seigneur, lui-même :

« Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner la vérité, réfuter l'erreur, corriger les fautes et former à une juste manière de vivre. » (II Tim. 3 : 16).

Ainsi, nous remarquons que cette Parole est utile pour instruire et corriger les erreurs. Par conséquent, il nous faut l'étudier régulièrement pour bien la connaître, comme le faisaient les apôtres et les prophètes.

« L' Écriture déclare : 'L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole que Dieu prononce'. » (Matt. 4 : 4/Deut. 8 : 3).

Mais, quelle est vraiment l'utilité d'étudier les Écritures ?

1) Nous avons vu que la connaissance des Écritures servait à instruire et corriger (d'abord nous-mêmes, et puis les autres), mais elle entretient également la foi et l'espérance : Rom. 15 : 4; Actes 24 : 14-15.

2) Elle sert à connaître la Volonté de Dieu et à la mettre en pratique : Matt. 7 : 24-27; 23 : 1-3.

3) Elle est également utile pour comprendre les temps prophétiques : Matt. 2 : 3-8/Michée 5 : 1; Jean 1 : 45; 5 : 46-47; 6 : 45; 7 : 52; Dan. 12 : 4 et Apoc. 1 : 1-3.

4) Car, en effet, tout ce qui est écrit se réalisera (ou s'est déjà réalisé) : Matt. 26 : 54, 56; Jean 17 : 12; 19 : 24/Ps. 22 : 19 et Dan. 9 : 1-2/Jér. 29 : 10 .

5) Et enfin, elle sert à confondre les imposteurs et les détracteurs de tous bords (ainsi que les esprits démoniaques) : Matt. 4 : 1-11 (Yéchoua répondit à Satan avec les Écritures); Héb. 4 : 12-13 et II Pierre 3 : 16.

Si la connaissance des Écritures n'est pas tout, elle est bien sûr utile et nécessaire pour croître dans la grâce et la connaissance du Seigneur et elle nous conduira en fin de compte à vie éternelle, qui nous est offerte par le Messie Yéchoua :

« - Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles qui donnent la vie éternelle. » (Jean 6 : 68).

Notes :

1) Rappelons tout de même que de nombreux croyants furent brûlés sur les bûchers de l'inquisition pour la seule faute d'avoir possédé une Bible et de l'avoir lue et/ou propagée.

2) Dans ce chiffre ne sont pas repris les livres apocryphes, mais seulement les 39 livres de l'Ancien Testament et les 27 livres du Nouveau Testament.

3) Moïse est vraisemblablement le plus ancien de ces écrivains (Deut. 31 : 24-26), et l'apôtre Jean le dernier d'entre-eux (Apoc. 1 : 1-3).

4) L'appellation « Ancien Testament » pouvant sembler péjorative, je préfère utiliser le terme « Premier Testament ».

5) Outre des fragments et des copies partielles de tous les livres de la Bible (excepté celui d'Esther), on a également retrouvé une copie complète du livre d'Esaïe, ainsi qu'un grand nombre de fragments et de copies de livres appartenant à la communauté essénienne.
Ce rouleau d'Esaïe est à ce jour la plus ancienne copie de ce livre que nous possédions.

6) Le Texte massorétique est une des versions de la Bible hébraïque écrite en hébreu et constitue le Canon hébraïque. Cette version est la plus souvent utilisée pour la traduction de l'Ancien Testament des chrétiens. (La Septante est l'autre version grecque de la Bible hébraïque). Ce sont les Massorètes (« Maîtres de la Tradition ») qui introduisirent le système de notation des voyelles pour l'hébreu entre le 7e et le 11 siècle.

7) C'est pour cette raison que les versions de la Bible dites « catholiques » comportent les livres Deutérocanoniques, alors que les versions protestantes ne les ont pas repris.

Salutation et cordial shalom
Novembre 2013
Jacquy Mengal
Rouleau d'Esaïe trouvé à Qumrân