Présentation :

La Bible est-elle vraiment inspirée ? L'accomplissement exact de nombreuses prophéties depuis des siècles confirme son authenticité. La Bible révèle notre passé, notre présent et notre avenir; à nous de les découvrir !
Sauf mention contraire, les citations bibliques sont tirées de la Bible en français courant éditée par l'Alliance Biblique Universelle, 1983. A ceux qui désirent copier et publier des articles, je leur demande de mentionner le titre et le lien URL de l'article, ainsi que le nom de l'auteur. Les commentaires anonymes et non signés ne seront plus publiés. Merci et bonne lecture.

dimanche 27 octobre 2013

Le vrai visage d'Halloween !

Halloween et la position biblique (1)

L'origine historique

300 ans avant J.-C., une société secrète de druides tenait sous son emprise le monde celte du vieux continent, y compris les Gaulois. Chaque année, le 31 octobre, ceux-ci célébraient en l'honneur de leur divinité païenne Samhain, un festival de la mort. C'était la nuit où Samhain revenait avec les esprits des morts. Ces derniers devaient être apaisés, c'est pourquoi il fallait traiter avec eux.

A ce moment-là, les druides exécutaient des rituels dans lesquels un chaudron symbolisait l'abondance de la déesse. Ils avaient alors coutume d'allumer de grands feux dans le but d'éloigner tous les mauvais esprits et d’apaiser les puissances surnaturelles qui contrôlaient les processus de la nature.

Des prêtres se déplaçaient de maison en maison et distribuaient le "feu sacré" qui assurait la protection du foyer, en réclamant des offrandes pour leur dieu, exigeant parfois des sacrifices humains. En cas de refus, ils proféraient des malédictions de mort sur cette maison, d'où le "Trick or Treat", "Présent ou malédiction", ou pour être plus clair : "Une offrande, sinon la malédiction."

Les Romains, après avoir conquis la Grande-Bretagne, ajoutèrent aux traditions celtes des rites issus d'une de leurs propres fêtes de la moisson, qui avait lieu le 1er novembre en l'honneur de Pomone, déesse étrusque annexée par la religion romaine, nymphe des fruits et des fleurs.

En 308, l'empereur romain Constantin apaisa la population des territoires païens nouvellement conquis en leur accordant le droit de conserver leur ancien rite du jour de Samhain. Il changea la date du prédécesseur chrétien d'Halloween, soit la Toussaint des catholiques romains en la fixant au 1er novembre alors qu'à l'origine, elle était célébrée en mai. Le panthéon de Rome, un temple construit pour adorer une multitude de dieux, fut converti en église. Pendant que les chrétiens célébraient leurs saints disparus, les païens dédiaient la nuit précédente à leur "seigneur de la mort".

En 840, le pape Grégoire IV instaure la Toussaint, déclarant que le 1er novembre et la veille (le 31 octobre), les morts seraient célébrés. D'où le mot de Halloween ("Allhallowmas" en Celte), contraction de: "All Hallow" (tout ce qui est saint) et de "Even" (la veille). Les origines de Halloween sont donc complètement païennes, puisqu’il s'agit de célébrer les esprits des morts.

Plus récemment, les immigrants européens, et plus particulièrement les Irlandais (qui, poussés par une terrible famine, partirent s'établir en Amérique), introduisent leurs coutumes en Amérique dont la fête des morts avec Samhain. A la fin du 19ème siècle, leurs coutumes étaient devenues célèbres. C'était l'occasion de renverser des cabinets extérieurs, d'infliger des dommages aux propriétés et de se permettre des fourberies qui n'auraient pas été tolérées à d'autres moments de l'année.
 
Une fête prisée dans les milieux occultes

Aujourd'hui, dans le monde entier, Halloween est la fête la plus importante pour les satanistes. La date du 31 octobre pour fêter Halloween n'est pas une coïncidence. Ce jour est l'un des quatre plus importants sabbats de sorcières (2), les quatre jours "cross-quarter" du calendrier celtique.
  • Le premier, le 2 février, populairement connu comme le jour du "ground-hog" en l'honneur de Brigit, la déesse païenne de la guérison.
  • Le deuxième, un jour férié de mai nommé Beltane, signalait le temps des plantations pour les sorcières. Ce jour-là, les druides exécutaient des rites magiques, pour favoriser la croissance des récoltes.
  • Le troisième, un festival des récoltes en août en l'honneur du dieu soleil, commémorait celui qui brille, Lugh. Ces trois premiers jours "cross-quarter" marquaient le passage des saisons, le temps de planter et le temps de récolter, de même que le temps de la mort et de la résurrection de la terre.
  • Le dernier, Samhain, marquait l'arrivée de l'hiver. A ce moment-là, les anciens druides exécutaient des rituels dans lesquels un chaudron symbolisait l'abondance de la déesse. On disait que c'était un temps de "betwixt and between", une saison sacrée empreinte de superstition et de conjurations spirites.

Ce jour est aussi le nouvel an du calendrier des sorciers. Le "World Book Encyclopedia" affirme que c'est le commencement de tout ce qui est "Cold, dark and dead" (froid, obscur et mort). Le 31 octobre est devenu un prologue pour amener à accepter l'occulte, Halloween étant en quelque sorte devenu le jour du diable, rituellement reconnu par certains adorateurs de Satan et certains groupes occultes (notamment aux USA, et de plus en plus en Europe). Les satanistes pratiquent des sacrifices humains, cette nuit-là, aux États-Unis et en Australie.

Pour les personnes ayant des pouvoirs "psychiques", les voyants et ceux qui se disent visionnaires, la période de Halloween est la plus occupée de l'année. Les éditeurs de livres sur des sujets classés entre astrologie et sorcellerie indiquent une forte augmentation des ventes. Salem, une ville du Massachusetts, siège de la sorcellerie américaine, célèbre maintenant un "événement hanté", lors d'Halloween, pour prolonger sa saison touristique d'été. Le 31 octobre, c'est le bal de l'horreur et du plaisir : enfants comme adultes craquent tous pour cette vaste fête où tous les excès sont permis. La devise : "sexe, gore et rock'n'roll".

L'origine des citrouilles de Halloween

Pour éclairer leur chemin en allant de maison en maison, les prêtres celtes portaient des navets évidés et découpés en forme de visage, où brûlait une bougie faite avec de la graisse humaine de sacrifices précédents. Ces navets représentaient l'esprit qui allait rendre leurs malédictions efficaces.

Au 18ème et 19ème siècle, quand cette coutume est arrivée aux États-Unis, les navets ont été remplacés par des citrouilles. Le nom donné à l'esprit qui habitait dans la citrouille était: "Jock" qui est devenu "Jack qui habite dans la lanterne", d'où le nom de "Jack-o-Lantern", tiré d'un conte dans lequel un homme célèbre, nommé Jack, fut chassé à la fois du ciel et de l'enfer. Contraint d'errer sur terre comme un esprit, le diable pour le consoler lui aurait donné un charbon ardent tiré de la fournaise, que Jack mit dans une rave évidée pour éclairer son chemin dans la nuit.

A noter que les couleurs orange et noire rappellent la lumière et les ténèbres, et peuvent être aussi reliées à l'occulte. Elles étaient en rapport avec les messes commémoratives pour les morts, qui avaient lieu en novembre. Les bougies en cire d'abeille, habituellement de couleur écrue, étaient oranges lors de la cérémonie et les cercueils du cérémonial étaient couverts de draps noirs.

Quelques liens entre Halloween et l'occultisme
 
  • Les costumes d'Halloween sont issus de l'idée des druides celtiques qui prétendent que les participants au cérémonial devaient porter des têtes d'animaux et leurs peaux, afin d'acquérir la force de la bête qu'ils représentaient.
  • "Trick or treat" est tiré de la tradition irlandaise, selon laquelle un homme conduisait une procession pour prélever des contributions chez les fermiers, de peur que leurs récoltes ne soient endommagées par les démons.
  • "Dunking for apples" venait d'une ancienne pratique pour connaître l'avenir, liée à Pomone, nymphe des fruits et des fleurs. Le participant, qui réussissait à attraper entre ses dents une pomme se trouvant dans un tonneau plein d'eau, pouvait espérer une romance, couronnée de succès, avec l'être aimé de son choix.
  • Des chats représentaient des humains incarnés, des esprits malveillants ou des "amis intimes" des sorcières.
  • Les noisettes étaient utilisées dans la divination romanesque. Une partie de ce qu'on mange, lors de Halloween, contenait des objets, mis à l'intérieur des aliments, comme moyen de dire la bonne aventure.
  • Les masques ont, traditionnellement, été des moyens animistes pour se protéger d'une manière superstitieuse des esprits mauvais ou pour que celui qui le porte puisse changer de personnalité, afin de communiquer avec le monde des esprits.
  • Il faudrait aussi ajouter à cette liste l'opportunité de vivre, l'espace d'une folle nuit (dite "bal de l'horreur et du plaisir"), toutes les perversions et braver tous les interdits.

CE QUE DIT LA BIBLE:

"Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là.

Qu'on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien,
d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts.

Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel ; et c’est à cause de ces abominations que l’Éternel, ton Dieu, va chasser ces nations devant toi.
Tu seras entièrement à l’Éternel, ton Dieu.

Car ces nations que tu chasseras écoutent les astrologues et les devins ; mais à toi, l’Éternel, ton Dieu, ne le permet pas". (Deutéronome 18. 9-14) (3).

Cette Parole tirée de l’ancienne alliance est également valable pour la nouvelle alliance. Dieu est le Dieu des vivants, Il apporte la Vie éternelle par Son seul sacrifice sur la Croix de Golgotha. Les puissances des ténèbres ont été vaincues et Satan n’a plus aucun pouvoir sur ceux qu’Il a racheté par cette œuvre merveilleuse de rédemption.

Satan est un trompeur. Il est le dieu de la mort, celui qui a permis l’entrée du péché originelle dans le monde (Genèse 3.13: "Et l’Éternel Dieu dit à la femme: Pourquoi as-tu fait cela? La femme répondit: Le serpent m’a séduite, et j’en ai mangé"). Il agit toujours de la même façon: il prend une forme "charmante" et "séduisante" afin de vous tromper et de manière à mener le plus de personnes possible à la perdition.

La célébration d’Halloween est une tromperie : En effet, son symbolisme inclut les démons, les fantômes, les sorcières, la mort, l'obscurité, les squelettes, la crainte et la terreur. En tant que croyant et voulant obéir à la Parole de Dieu, nous ne pouvons que vous exhorter à prendre votre position de fils de Dieu et à refuser toutes pratiques liées à Halloween. Laissez-vous conduire par l’Esprit de Vie, qui dit que "Tu seras entièrement à l’Éternel". Consacrez-vous à Son service et non pas à celui d’œuvres de mort.

Il est écrit dans Apocalypse 18, verset 4 : "Et j’entendis du ciel une autre voix qui disait : Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux…".

Nous ne voulons pas être partie prenante de ces événements et des liens en relation avec ces œuvres de mort. Non, nous voulons porter une odeur de Vie, car ce sont les promesses qu’a faites notre Dieu Sauveur dans Sa Parole.

Principales sources :
 
- "Satanism - The Seduction of America's Youth" de Bob Larson. Traduction : C. Voumard et P.-A. Perrin
- Article "Halloween", CD Rom, Microsoft Encarta, 94
- Revue "La classe Maternelle" n° 62, octobre 97
- Article "Pomone", dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Larousse 91
- Revue "Réponse à Tout" par Magali Pacary, octobre 99
- Magazine chrétien "Shadrack"
- Article de Christian Willi - L'Evènement 11/1998 et VSD 11/1998

Notes de J. Mengal :
 
1) Lien du document : http://www.cmpp.ch/halloween.htm

2) Le sabbat des sorcières évoqué ici n'a rien en commun avec le shabbat biblique qui est le jour de repos et de culte du Dieu d'Israël. Le samedi est le jour du shabbat hebdomadaire, alors que les shabbats annuels (jours de fêtes bibliques) peuvent tomber n'importe quel jour de la semaine. L'ordonnance du respect du shabbat est mentionnée dans le quatrième commandement du Décalogue (Exode 20 : 8-11).

3) Tiré de la version Louis Segond.

Cordiales salutations

vendredi 4 octobre 2013

Sommes-nous judaïsants ?

Introduction
 
Récemment, en cherchant des informations sur Internet, mon attention a été attirée par une vidéo postée par un pasteur évangélique. Par respect de l'anonymat de cette personne, je dirais seulement qu'il s'agissait d'une vidéo mettant en garde les églises contre les « pratiques judaïsantes » ...
 
Bien que ce pasteur n'ait jamais été soupçonné d'antisémitisme, il déclarait que les Juifs qui reconnaissent le Seigneur (Jésus-Christ) comme étant le Messie ne sont plus tenus de respecter les fêtes juives car, selon lui, « la loi est abolie ».

De plus, il affirma que le Juif converti au christianisme n'était plus vraiment Juif, mais Chrétien et qu'il était préférable pour lui de ne pas rejoindre les assemblées messianiques, puisque, selon lui, celles-ci ont des « pratiques judaïsantes ».
 
Je dois bien avouer que j'ai été très surpris d'entendre une telle déclaration de la bouche d'un pasteur qui écrit en général d'excellents articles bibliques pondérés et bien argumentés.
 
En réponse à ces propos, permettez-moi d'abord de préciser qu'être Juif, ce n'est pas seulement et/ou uniquement être adepte du judaïsme et se rendre à la synagogue chaque shabbat. Sigmund Freud qui était un non-croyant convaincu n'a jamais renié sa judaïté !
 
Être Juif, c'est aussi (et peut-être avant tout) appartenir à un peuple, à une descendance, à une culture et c'est avoir des racines.
De cette façon, si un Juif se convertit au christianisme (ou tout autre religion), il reste Juif !
 
Qu'est ce que judaïser ?
 
Une des premières mentions du terme « judaïser » se trouve dans la Lettre aux Galates, au chapitre 2, et concerne principalement la polémique autour de la circoncision et du comportement relationnel entre les chrétiens Juifs et non-Juifs :
 
« Eh bien ! Tite mon compagnon, qui est Grec, n'a pas même été obligé de se faire circoncire, malgré des faux frères qui s'étaient mêlés à nous et voulaient le circoncire ... » (Gal. 2 : 3-4).
 
« Voyant qu'ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l'Évangile, je dis à Céphas, en présence de tous : Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser ?» (Gal. 2 : 14, version L. Segond).
 
A une autre occasion, cette expression se rencontre dans le décret formulé au concile de Laodicée convoqué par les « pères » de l'Église en 364. Et manifestement, dans ce cas-ci, le terme « judaïser » est utilisé abusivement ! Parmi les canons énoncés, voici ce que dit le canon 29 :
 
« Les chrétiens ne doivent pas judaïser en se reposant le jour du sabbat, mais ils doivent travailler en ce jour en honorant plutôt le jour du Seigneur {dimanche} en se reposant ».
 
Cette déclaration faite lors du concile de Laodicée n'a fait qu'entériner le décret du 7 mars 321 par lequel l'Empereur Constantin déclara :
 
« Au jour vénérable du soleil {dimanche}, que les magistrats et les habitants se reposent et que tous les ateliers soient fermés ... ».
 
S'il est exact qu'il n'est plus nécessaire pour un nouveau converti de se faire circoncire, le respect du shabbat et des fêtes bibliques n'a jamais été supprimé, comme d'aucuns voudraient le faire croire, puisqu'il représente le 4e commandement.
 
« Si un homme était circoncis lorsqu'il a reçu l'appel de Dieu, il ne doit pas chercher à supprimer le signe de la circoncision; si un homme était incirconcis lorsqu'il a reçu l'appel de Dieu, il ne doit pas se faire circoncire. Être circoncis ou ne pas l'être n'a pas d'importance : ce qui importe, c'est d'obéir aux commandements de Dieu. » (I Cor. 7 : 18).
 
Est-ce judaïser que de respecter le shabbat ?
 
Le shabbat représente pour les Juifs le véritable jour d'adoration du Dieu d'Israël, mais ce n'est pas eux qui ont inventé cette fête. C'est le Créateur de l'univers, lui-même, qui a institué cette fête hebdomadaire :
 
« Dieu, après avoir achevé son œuvre, se reposa le septième jour de tout son travail. Il fit de ce septième jour un jour béni, un jour qui lui est réservé, car il s'y reposa de tout son travail de Créateur. » (Gen. 2 : 2-3/Hébreux 4 : 4).
 
Le repos du shabbat n'est donc pas une fête réservée exclusivement au Juifs, mais à tout homme qui désire respecter la loi divine. Le shabbat n'a donc jamais été supprimé ou remplacé par un autre jour de culte :
 
« Jésus leur dit encore : - Le sabbat a été fait pour le bien de l'homme; l'homme n'a pas été fait pour le sabbat. C'est pourquoi, le Fils de l'homme est maître même du sabbat. » (Marc 2 : 27-28).
 
« Ne pensez pas que je sois venu pour supprimer la loi de Moïse et l'enseignement des prophètes. Je ne suis pas venu pour les supprimer mais pour leur donner leur véritable sens. Je vous le déclare, c'est la vérité : aussi longtemps que le ciel et la terre dureront, ni la plus petite lettre ni le plus petit détail de la loi ne seront supprimés, et cela jusqu'à la fin de toutes choses. » (Mat. 5 : 17-18).
 
Quant à Paul, l'apôtre des non-Juifs, il gardait le shabbat et il ne l'a jamais remplacé par un autre jour de culte pour faire plaisir aux non-Juifs :
 
« 42 Quand Paul et Barnabas sortirent de la synagogue, on leur demanda de revenir au prochain jour de sabbat pour parler de ce même sujet (...) 44 Le jour du sabbat suivant, presque toutes la population de la ville s'assembla pour entendre la parole du Seigneur. » (Actes 13 : 42 et 44).
 
De la même façon, les sept fêtes bibliques sont des shabbats annuels qui seront toujours célébrés durant le Millénium :
 
« En ce temps-là, les survivants des nations qui ont attaqué Jérusalem se rendront chaque année dans cette ville, pour adorer le Seigneur, le roi de l'univers, et pour célébrer la fête des Huttes. » (Zacharie 14 : 16).
 
Faudrait-il donc paganiser ?
 
Serez-vous étonnés d'apprendre que ces gens qui clament haut et fort « qu'il ne faut plus judaïser » sont souvent des trinitaires convaincus, fervents défenseurs du respect du dimanche et de fêtes issues du paganisme comme la fête de Noël.

Ces gens refusent également de reconnaître la vérité concernant les promesses prophétiques d'un rassemblement des descendants d'Israël et de Juda, ainsi que la restauration du Royaume Israël durant l'époque messianique.
 
Non, mes amis, respecter le repos du shabbat et les fêtes bibliques (improprement appelées « fêtes juives ») ce n'est pas « judaïser », c'est tout simplement faire la volonté du Dieu d'Israël qui est révélée dans sa Parole écrite (la Bible).

Qui plus est, le respect du shabbat est un signe et une marque de reconnaissance du véritable peuple de Dieu :
 
« J'instituai le jour du sabbat pour manifester la relation qui les uni à moi et leur rappeler que moi, le Seigneur, je les consacre à mon service. » (Ezékiel 20 : 12, 20).
 
« Si nous obéissons aux commandement de Dieu, alors nous savons que nous connaissons Dieu. Si quelqu'un affirme : 'Je le connais', mais n'obéit pas à ses commandements, c'est un menteur et il n'y a pas de vérité en lui. » (I Jean 2 : 3-4).
 
Appel à la repentance
 
Mes amis, est-il si difficile de comprendre que le Dieu du Premier Testament est le même que celui du Nouveau ? Pensez-vous que c'est Lui qui a changé le jour de la semaine où l'on doit le célébrer ? Et croyez-vous qu'il a rejeté son peuple qu'il s'était choisi dès le début ? ...
 
« Dieu n'a pas rejeté son peuple, qu'il s'est choisi d'avance ... » (Romains 11 : 2).
 
Permettez-moi de vous dire, à mon tour, qu'il est grand temps que le christianisme se repente ; qu'il reconnaisse s'être laissé envahir par une multitude de fausses doctrines et de pratiques issues du paganisme le plus sombre.
 
Si vous voulez aider le monde juif à reconnaître son Messie Yéchoua (celui que vous appelez du nom gréco-latin de Jésus-Christ), commencez d'abord par admettre que le salut vient des Juifs :
 
« Vous, les Samaritains, vous ne connaissez pas ce que vous adorez; nous, les Juifs, nous connaissons ce que nous adorons, car le salut vient des Juifs. » (Jean 4 : 22, parole de notre Seigneur lui-même).
 
Ce sont les Juifs qui détiennent les oracles de Dieu et c'est sur eux, l'olivier franc, que nous sommes greffés :
 
« Y a-t-il alors un avantage à être Juif ? La circoncision a-t-elle une valeur ? L'avantage est grand, à tous égards. Et d'abord, c'est aux Juifs que Dieu a confié ses paroles. » (Rom. 3 : 1-2).
 
« Le peuple d'Israël est comme un olivier cultivé dont quelques branches ont été coupées; toi qui n'es pas juif, tu es comme une branche d'olivier sauvage greffée à leur place : tu profites maintenant aussi de la racine qui nourrit l'olivier cultivé. C'est pourquoi, tu ne dois pas mépriser les branches coupées. Comment pourrais-tu te vanter ? Ce n'est pas toi qui portes la racine, mais c'est la racine qui te porte. » (Rom. 11 : 17-18).
 
Moi, qui ne suis pas Juif (peut-être descendant israélite, mais je ne peux pas le prouver et cela n'est pas très important !), j'ai accepté ces vérités et j'ai entrepris ce chemin du retour vers les véritables racines de ma foi chrétienne. Et ces racines ne sont pas latines ou grecques; non, elles sont hébraïques et elles me rattachent à ce peuple juif, ce peuple frère, même si pour l'instant une partie d'Israël ne reconnaît pas le Messie Yéchoua.
 
« ... une partie du peuple d'Israël est devenue incapable de comprendre, mais cela ne durera que jusqu'à ce que l'ensemble des autres peuples soit parvenu au salut. Et voilà comment tout Israël sera sauvé, comme le déclare l'Écriture ... » (Rom. 11 : 25-26).
 
Mais posons-nous la question de savoir si ce n'est pas un peu à cause des chrétiens, qui ont développé une haine antisémite depuis le début, que le peuple juif a tant de méfiance et de réticence lorsqu'on leur parle de conversion ? Et de quelle conversion parle t-on ?
 
Le peuple juif sait que YHWH n'est pas une trinité, il sait que la Torah donnée sur le mont Horeb est éternelle et il sait très bien que le Seigneur n'a pas changé la Loi ni les temps ! Les Juifs savent que le shabbat est le jour choisi par le Créateur et qu'il ne l'a jamais changé pour un autre jour de culte.

Alors, pourquoi voudriez-vous qu'ils se convertissent à une religion qui, se prétendant monothéiste, s'est amalgamée depuis le début au paganisme gréco-romain; une religion qui a souvent été du côté de l'oppresseur, que ce soit au Bas-empire romain, au Moyen-âge ou à la Renaissance.
 
Non, les croyants messianiques ne judaïsent pas, ils essayent simplement d'obéir au Dieu d'Israël, comme l'ont fait avant eux tous ces croyants fidèles qui ont subi les foudres de cette abominable Inquisition. Puisse l'Éternel des Armées leur donner la paix et les promesses messianiques qui leur reviendront bientôt :
 
« L'un des anciens me demanda : - Qui sont ces gens habillés de robes blanches et d'où viennent-ils ? (...) - Ce sont ceux qui ont passé par la grande persécution. Ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'Agneau. » (Apoc. 7 : 13-14).
 
Salutation et cordial shalom

Jacquy Mengal