Présentation :

La Bible est-elle vraiment inspirée ? L'accomplissement exact de nombreuses prophéties depuis des siècles confirme son authenticité. La Bible révèle notre passé, notre présent et notre avenir; à nous de les découvrir !
Sauf mention contraire, les citations bibliques sont tirées de la Bible en français courant éditée par l'Alliance Biblique Universelle, 1983. A ceux qui désirent copier et publier des articles, je leur demande de mentionner le titre et le lien URL de l'article, ainsi que le nom de l'auteur. Les commentaires anonymes et non signés ne seront plus publiés. Merci et bonne lecture.

dimanche 5 avril 2015

Quand faut-il célébrer la Pentecôte ?

Rappel

Si pour le christianisme la fête de la Pentecôte représente la moisson des élus et commémore le don de l'Esprit saint, pour le judaïsme, la fête, que l'on nomme Shavouot, célébrait la moisson du blé et commémore toujours aujourd'hui le don de la Torah (Ex. 19).


« Vous célébrerez ensuite la fête des moissons, au moment où vous moissonnez les premiers produits des champs que vous cultivez. » (Exode 23 : 16).

Alors que la première gerbe d'orge offerte pendant la fête des Pains azymes marquait le début de la première récolte de l'orge printanier, et symbolise le Messie ressuscité (voir l'article : « L'offrande de la gerbe, image du Messie ressuscité »), cette seconde moisson, qui est celle du blé, représente symboliquement la moisson des élus.

« Quand vous serez entrés dans le pays que je vais vous donner et que vous y ferez la moisson, vous apporterez au prêtre la première gerbe que vous récolterez. Le prêtre me la présentera solennellement le lendemain du sabbat, afin que vous obteniez ma faveur. » (Lév. 23 : 10-11 = gerbe d'orge offerte).

« Le jour de la Pentecôte, lorsque vous apporterez au Seigneur une offrande de céréales nouvellement récoltées, vous vous rassemblerez pour adorer le Seigneur et vous n'accomplirez pas votre travail ordinaire. » (Nom. 28 : 26 = gerbe de blé offerte).

« Vous célébrerez la fête de la Pentecôte, au moment où vous moissonnerez les premiers épis de blés ... » (Exode 34 : 22,).

De fait, on peut dire que c'est lors de la Pentecôte de l'an 30 que l'Église de Dieu est née. Cette congrégation est constituée des prémices, de ceux et celles qui ressusciteront en premier, lors de la venue du Messie (Rom. 8 : 22-23).
Ainsi, si le Messie Yéchoua fut le Premier ressuscité (première gerbe de céréale {d'orge} offerte), ceux qui lui appartiennent ressusciteront également (seconde gerbe de céréale {de blé} offerte).

« De même que tous les hommes meurent à cause de leur union avec Adam, de même tous revivront à cause de leur union avec le Christ, mais chacun à son propre rang : le Christ le premier de tous, puis ceux qui appartiennent au Christ, au moment où il viendra. » (I Cor. 15 : 22-23).

Y aura-t-il à nouveau une effusion de l'Esprit saint ?

Mes amis, depuis quelques années, plusieurs congrégations messianiques attendent avec beaucoup d'enthousiasme une effusion de l'Esprit saint lors d'une prochaine fête de Pentecôte, comme cela fut le cas lors de la première Pentecôte qui suivit la résurrection du Seigneur en l'an 30.

« Quand le jour de la Pentecôte arriva, les croyants étaient réunis tous ensemble au même endroit. (...) Ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent à parler en d'autres langues, selon ce que l'Esprit leur donnait d'exprimer. » (Actes 2 : 1, 4).

C'est ainsi qu'en ce jour de la Pentecôte de l'an 30, l'apôtre Pierre fit un discours, devant la communauté juive de Jérusalem, dans lequel il fit référence à une prophétie du livre de Joël, (chapitre 2, versets 28 à 32, version L. Segond, ou Joël 3 : 1 à 5 dans la version en français courant), pour attester de ce qui était en train de se passer parmi les apôtres et les disciples.

« Mais c'est ici ce qui a été dit par le prophète Joël : Dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair ; vos fils et vos filles prophétiseront, vos jeunes gens auront des visions, et vos vieillards auront des songes. Oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes, dans ces jours-là, je répandrai de mon Esprit ... » (Actes 2 : 16-18, version L. Segond).

Si l'apôtre Pierre faisait allusion à cette prophétie en son temps et pour ce qui était en train de se passer en ce jour de Pentecôte de l'an 30, il ne fait aucun doute que cette prophétie se réalisera à nouveau à notre époque, puisqu'il y ait fait mention des « derniers jours » et du retour du Seigneur.
Nous pouvons donc avoir l'assurance que l'Esprit saint se répandra à nouveau sur les véritables croyants qui gardent les Commandements et qui ont la foi en Yéchoua le Messie.

« Voilà pourquoi les membres du peuple de Dieu, ceux qui obéissent à ses commandements et qui sont fidèles à Jésus, doivent faire preuve de patience. » (Apoc. 14 : 12).

Ce souhait de voir à nouveau l'Esprit saint se répandre abondamment sur les croyants, comme cela s'est passé il y a 2 000 ans, est tout à fait légitime et même souhaitable car, vous le savez, nous sommes arrivés à cette époque que la Bible nomme « les temps de la fin » !
Mais, encore faut-il être prêts à recevoir ce don de l'Esprit saint et à parler d'une seule et même voix ? En effet, comme vous le savez, certaines congrégations célèbrent Shavouot (Pentecôte) le même jour que celui choisi par le judaïsme rabbinique, alors que d'autres la fêtent le dimanche, lendemain du septième shabbat après l'offrande de la gerbe d'orge.

Mes amis, pensez-vous vraiment que l'effusion de l'Esprit saint pourrait se faire sur des groupes désunis qui ne célèbrent même pas la fête le même jour ? (1) Sincèrement, cela me paraît peu probable !

« Quand le jour de la Pentecôte arriva, les croyants étaient réunis tous ensemble au même endroit. » (Actes 2 : 1).

Ce verset très court nous donne une réponse pertinente :

  • « Quand le jour de la Pentecôte arriva » : signifie qu'il nous faut choisir le jour exact prescrit dans les Écritures.
  • « les croyants étaient réunis tous ensemble » : ils n'étaient donc pas divisés, mais unis ensemble !
  • « au même endroit » : pour autant que cela soit possible, il faut être réunis dans un même lieu.

Quand faut-il alors célébrer la Pentecôte ?

« Vous compterez sept semaines complètes à partir du lendemain du sabbat, où vous aurez offert solennellement la première gerbe. Cette période de cinquante jours s'étendra donc jusqu'au lendemain du septième sabbat, jour où vous me présenterez une nouvelle offrande » (Lév. 23 : 15-16).

A l'instar du Jubilé qui tombe la 50e année, la fête de la Pentecôte doit être célébrée le lendemain du septième shabbat, 50 jours après l'offrande de la gerbe d'orge. Et ce rituel du balancement (l'offrande) de la gerbe se déroulait le lendemain du shabbat hebdomadaire qui tombait pendant la fête des Pains azymes.
Ainsi, en comptant 50 jours, à partir du lendemain (le dimanche) du shabbat (le samedi) de la fête des Pains azymes, on arrive forcément à un autre dimanche, c'est-à-dire sept semaines complètes après le rituel de la gerbe offerte.

Du reste, le nom « Shavouot » signifie bien « semaines » en hébreu et « Pentecôte » « cinquantième » en grec ; ce qui nous montre qu'il y a un comptage (l'Omer) à effectuer pour trouver la date exacte de la solennité.
Et dans Lévitique 23 : 16, il est bien précisé que les 50 jours comptés s'étendent jusqu'au lendemain du 7e shabbat, et pour autant que je sache encore calculer, le lendemain du 7e shabbat est bien un dimanche, premier jour de la semaine (yom richon en hébreu).

La Pentecôte a donc toujours lieu un premier jour de la semaine (dimanche) et cela ne signifie aucunement que le dimanche soit devenu le jour d'adoration du Créateur (excepté pour ce jour de Pentecôte). Le shabbat (samedi) demeure le jour choisi par le Seigneur pour l'honorer. C'est le quatrième commandement qui est toujours valable et ce jour du shabbat n'a jamais été remplacé par un autre jour !

Cependant, les partisans de la Pentecôte rabbinique (2) considèrent que le décompte de l'Omer commence le lendemain du 1er jour des Pains azymes qui est un shabbat annuel et non le lendemain du shabbat hebdomadaire tombant dans la fête des Pains azymes.
De cette façon, pour eux, Shavouot peut tomber n'importe quel jour de la semaine, même s'il arrive parfois que ce jour coïncide avec le dimanche (de Pentecôte), comme c'est le cas en cette année 2015.

Un épisode tiré du livre de Josué est souvent utilisé par les partisans de la Pentecôte rabbinique pour affirmer que c'est le premier jour des Pains azymes qui est le shabbat de référence.

« Les Israélites campèrent à Guilgal, et ils célébrèrent la fête de la Pâque le quatorzième jour du mois, au soir, dans la plaine proche de Jéricho. Le lendemain, ils mangèrent des pains sans levain et des épis grillés; ils purent les préparer avec les produits du pays. Dès lors, ils ne reçurent plus de manne; cette année-là ils se nourrirent de ce qui poussait dans le pays de Canaan. » (Josué 5 : 10-12).

On remarque dans ce passage que les Israélites ont mangé des épis grillés dès le lendemain de la Pâque. Or, selon les prescriptions du Seigneur, il n'était pas permis de manger des épis grillés avant d'avoir apporté l'offrande de la gerbe (Lév. 23 : 14). Par conséquent, les Israélites ont dû célébrer le rituel du balancement de la gerbe le matin même pour pouvoir ensuite manger les épis grillés.
Mais ce passage ne constitue pas une preuve qu'il faille considérer le premier jour des Pains azymes comme le shabbat de référence pour le décompte de l'Omer (les 50 jours).

Si les Israélites ont pu manger des épis grillés dès le lendemain de la Pâque, c'est que l'offrande de la gerbe avait été faite le matin même de ce lendemain de la Pâque, et que le jour du sacrifice de la Pâque tombait cette année-là un samedi. Et c'est ce même samedi qu'ils ont pris comme shabbat de référence pour ensuite commencer le comptage des 50 jours (l'Omer), dès le lendemain dimanche. (Nous avons presque le même cas de figure cette année 2015, puisque le rituel de la Pâque a lieu le vendredi 3 avril et que le 1er jour des Pains azymes tombe le samedi 4 avril).

Le Seigneur Yéchoua nous apporte la preuve

Tombe supposée du Seigneur
Le Seigneur, lui-même, nous donne une preuve irréfutable, quant au jour exact de célébration de la Pentecôte.
Nous savons que le Messie est ressuscité un samedi soir, puisque son corps a été déposé dans le tombeau un mercredi soir et qu'il est resté 3 jours et 3 nuits dans ce tombeau.
Mais, notez bien qu'il n'est pas monté auprès du Père immédiatement le samedi soir, après sa résurrection. Dans le livre de Jean au chapitre 20, il est précisé que le Seigneur est apparu d'abord à Marie de Magdala, lorsqu'elle vint au tombeau le dimanche à l'aube (Jean 20 : 11-18). Dès qu'elle eut reconnu le Seigneur, elle voulut l'étreindre, mais Yéchoua l'empêcha et lui dit :

« - Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père ... »

Comprenez-vous cela mes amis ? Aussitôt après cette épisode, en ce premier jour de la semaine, le Seigneur monta aux Cieux pour se présenter devant Le Père, tel la Gerbe offerte, précisément au moment même où le Grand prêtre faisait l'offrande de la gerbe d'orge dans le Temple (Actes 2 : 33; Actes 5 : 31).
Ainsi, si le Seigneur est monté à la rencontre du Père le premier jour de la semaine, symbolisant ainsi la gerbe d'orge offerte, c'est bien à partir de ce jour-là, le lendemain du shabbat hebdomadaire de le fête des Pains azymes, qu'il nous faut commencer à compter l'Omer (les 50 jours), pour arriver à un autre dimanche, lendemain du septième shabbat et jour de célébration de la Pentecôte.

Conclusion

Mes amis, à qui voulez-vous plaire ? A certains religieux ou au Seigneur Yéchoua ressuscité (3) ?
Désirez-vous vraiment que l'Esprit saint se répande sur chacun, lors d'une prochaine fête de Shavouot (Pentecôte) ?
Seriez-vous disposés à examiner quel est le véritable jour de la Pentecôte, et à corriger éventuellement votre calendrier pour la célébrer correctement comme Dieu le demande ?
Et enfin, accepteriez-vous de vous réunir ensemble, lors d'une prochaine Pentecôte ... et pourquoi pas à Jérusalem (4) ?

Notes :

1) Cette année 2015, Juifs et Chrétiens fêteront la Pentecôte (Shavouot) le même jour, soit le dimanche 24 mai, puisque le décompte des 50 jours débute le dimanche 5 avril.

2) Le judaïsme rabbinique (courant majoritaire) est l'héritier du mouvement pharisien. Or, les Pharisiens commençaient le décompte de l'Omer à partir du lendemain du 1er jour des Pains azymes. Pour les Juifs karaïtes (qui sont plus ou moins les héritiers des Sadducéens), c'est dès le lendemain du shabbat hebdomadaire (le samedi) qu'il faut commencer ce décompte de l'Omer.
S'il ne nous appartient pas de prendre parti pour l'une ou l'autre tendance du judaïsme, il est néanmoins évident que dans ce cas-ci ce sont les Karaïtes qui ont la bonne interprétation !

3) « Pierre et les apôtres répondirent : il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes » (Actes 5 : 29).

4) La Pentecôte, tout comme la Pâque et la fête des Tabernacles, était l'occasion d'un pèlerinage à Jérusalem et de faire un don (Exode 23 : 14-17; Deut. 16: 16-17).

Salutations et cordial shalom
Jacquy Mengal