Présentation :

La Bible est-elle vraiment inspirée ? L'accomplissement exact de nombreuses prophéties depuis des siècles confirme son authenticité. La Bible révèle notre passé, notre présent et notre avenir; à nous de les découvrir !
Sauf mention contraire, les citations bibliques sont tirées de la Bible en français courant éditée par l'Alliance Biblique Universelle, 1983. A ceux qui désirent copier et publier des articles, je leur demande de mentionner le titre et le lien URL de l'article, ainsi que le nom de l'auteur. Les commentaires anonymes et non signés ne seront plus publiés. Merci et bonne lecture.

jeudi 17 mars 2016

Une 13ième lunaison !

L'orge à Jérusalem, photo: D. Dachy
Deut. 16: 1 :"Observe le mois des épis, et célèbre la Pâque en l'honneur de l'Eternel ton Elohim; car c'est dans le mois des épis que l'Eternel, ton Elohim, t'a fait sortir d'Egypte, pendant la nuit."

Les orges semées à l'automne 2015 dans la région de Jérusalem ne nous montrent encore aucune trace d'épis verts en cette fin du douzième mois. Une treizième lunaison nous sépare donc de la nouvelle année biblique.

Nous patienterons encore une lunaison pour nous souhaiter une bonne année, pleine de révélations, de perles prophétiques, malgré les nuages sombres qui se profilent à l'horizon.

Jérusalem, le 8 mars 2016
Daniel Dachy

Source: http ://lesmensongesreligieuxdevoiles.blogspot.be/2016/03/une-13ieme-lunaison

NB : Cet article est publié pour confirmer que le premier jour du premier mois de l'année biblique aura lieu le 08 avril 2016. Cette date tombe assez tard parce que l'année biblique chevauchant les années 2015-2016 est une année dite embolismique (13 lunes).
Par conséquent, la Pâque sera célébrée le 21 avril en fin d'après-midi.

Jacquy Mengal

dimanche 13 mars 2016

Pourim: l'histoire d'un "pogrom" évité

Reine Esther par Minerva
Teichert, 1937
La fête rabbinique de Pourim (« les sorts ») commémore la délivrance du peuple juif sauvé de justesse par la reine Esther à l'époque des Mèdes et des Perses.
Bien que la fête soit joyeuse et festive, son origine nous rappelle que l'hostilité à l'égard du peuple juif ne date pas d'hier !

Selon le récit du livre d'Esther (Méguila d'Esther), le roi perse Assuérus (Xerxès 1er) épousa une très belle femme juive nommée Esther, fille d'Abihaïl (Hadassa bat Abihaïl, en hébreu), après avoir répudié sa femme Vashti pour insolence.

« Le roi devint amoureux d'Esther, plus qu'il ne l'avait jamais été d'une autre femme, et ce fut elle, parmi les jeunes filles, qui gagna sa faveur et sa tendresse. Il posa la couronne royale sur sa tête et la proclama reine à la place de Vasti. » (Esther 2 : 17).

Sur le conseil de son tuteur et cousin Mardochée, la nouvelle reine dissimula son identité, car la communauté juive disséminée dans tout l'empire subissait le mépris d'une partie de la population.

Mardochée, qui était un homme obéissant à la Parole de Dieu, refusait de s'incliner devant Haman, le nouveau vizir. Néanmoins, il respectait le roi et il réussit même à le sauver d'un complot mortel.
Mais, Haman, plein de haine et de mépris vis-à-vis de Mardochée et des Juifs en général, promulgua un décret avec le consentement du roi en vue d'exterminer tous les Juifs de l'empire en un seul jour, puis de confisquer leurs biens. La date de la sentence fut fixée par tirage au sort pour le 13e jour du mois d'Adar.

Mardochée ayant eu connaissance de la sentence demanda à la reine d'intervenir auprès du roi pour annuler le décret. La reine Esther convia alors le roi ainsi que Haman à un somptueux festin, sans pour autant dévoiler le motif de sa requête. Après le repas, Haman, qui sortait du palais, vit que Mardochée ne s'inclinait toujours pas devant lui. Rempli de fureur, il fit ériger une potence pour y pendre Mardochée.
La même nuit, alors que le roi ne trouvait pas le sommeil, il consulta les archives royales et se souvint du complot contre lui déjoué par Mardochée. Le roi décida alors de récompenser son sauveur.

Le lendemain, avant même que Haman n'ait eu le temps d'exprimer sa requête pour l'exécution de Mardochée, le roi lui demanda quelle pourrait être la plus belle récompense pour un acte de bravoure. Haman, pensant qu'il s'agissait de lui-même, dit au roi de revêtir un tel homme des plus beaux habits et de le faire promener sur le cheval du roi guidé à travers la ville par un notable. Le roi ordonna alors que cela soit fait, mais c'est Mardochée qui fut conduit par Haman sur le cheval à travers la ville !

Peu de temps après, la reine Esther convia à nouveau le roi et Haman à un second festin. Au cours du repas, la reine obtint l'entière bienveillance du roi et lui révéla son identité juive ainsi que le complot d'anéantissement de son peuple ourdi par Haman.
Le roi entra alors dans une violente colère et fit pendre Haman à la potence qui avait été dressée pour Mardochée. Il autorisa ensuite les Juifs à prendre les armes pour se défendre contre leurs ennemis partout dans l'empire.

C'est en souvenir de cet événement que Mardochée institua la fête des Pourim le lendemain de ce jour néfaste «des sorts». Cela eut lieu vers 480 avant notre ère.

« 24 Mardochée rappelait ceci : Haman, fils de Hammedata et descendant d'Agag, l'adversaire des Juifs, avait décidé d'exterminer ceux-ci. Il avait jeté les dés, appelés pourim, pour fixer le jour de leur extermination totale. 25 Mais Esther alla trouver le roi, et celui-ci ordonna par écrit de faire subir à Haman le sort affreux qu'il avait prévu pour les Juifs (...) 26 Voilà pourquoi on appelle ces jours de fête les Pourim, d'après le mot 'pour' qui signifie 'dès'. » (Esther 9 : 24-26).

La fête de Pourim est célébrée le 14 Adar, ou le second mois d'Adar quand il s'agit d'une année embolismique comme c'est le cas en 2016. Quant au jeûne d'Esther, il a lieu le 13 Adar ou avant quand ce jour tombe un shabbat. Cette année 2016, la fête sera célébrée le jeudi 24 mars et le jeûne d'Esther, la veille.

Précisons que Pourim n'est pas une fête mentionnée dans la Torah. Il semblerait, en effet, que le livre d'Esther ait été le dernier ouvrage inclus dans la Bible hébraïque. C'est d'ailleurs le seul livre dont aucune copie n'a été retrouvée parmi les manuscrits de la mer Morte et qui ne mentionne jamais directement le Seigneur.

D'autre part, l’historicité du récit d'Esther est parfois remise en cause par certains historiens. Mais, quand bien même il s'agirait d'un conte ou d'un récit historique partiellement romancé, on remarque que la présence d'individus tels que Haman n'est hélas pas le produit de l'imagination !
En effet, la seule évocation du nom Shoah nous fait frémir et nous rappelle l'horreur indicible de la barbarie nazie dans sa volonté morbide d'avoir voulu anéantir tout un peuple pour la seule raison de son appartenance identitaire.

L'antisémitisme n'a aucune justification et est tout à fait intolérable. Il nous appartient à tous et toutes de le combattre, comme tous les autres racismes d'ailleurs. Car, malheureusement, d'autres génocides furent aussi perpétrés tout au long de l'histoire à l'encontre de minorités ethniques ou de peuples sans défense (ex. : les Tziganes, les Arméniens, les Amérindiens, les Tutsis, et tout récemment les Chrétiens et les Yézidis du Moyen-Orient, etc.).
Mais, soyez certains que l'hostilité des hommes les uns envers les autres prendra fin un jour, lorsque le Machia'h sera revenu pour régner sur les nations.

Cet article a également été publié sur "Ops & Blogs" du « Times of Israel » :

Mars 2016
Jacquy Mengal