Présentation :

La Bible est-elle vraiment inspirée ? L'accomplissement exact de nombreuses prophéties depuis des siècles confirme son authenticité. La Bible révèle notre passé, notre présent et notre avenir; à nous de les découvrir !
Sauf mention contraire, les citations bibliques sont tirées de la Bible en français courant éditée par l'Alliance Biblique Universelle, 1983. A ceux qui désirent copier et publier des articles, je leur demande de mentionner le titre et le lien URL de l'article, ainsi que le nom de l'auteur. Les commentaires anonymes et non signés ne seront plus publiés. Merci et bonne lecture.

dimanche 24 avril 2016

Le décompte de l'Omer

Qu'est que l'Omer ?

L'« Omer » (littéralement « la gerbe ») était le grain de la première récolte d'orge qui était apporté au Temple comme première offrande des récoltes. Le décompte commençait le lendemain du shabbat {tombant} durant la semaine de Pâque quand la première gerbe d'orge était moissonnée et apportée au Temple.



Pourquoi faire le décompte de l'Omer pendant 49 jours ?
Dieu l'ordonne :

Lévitique 23 : 15, 16 « Depuis le lendemain du sabbat, du jour où vous apporterez la gerbe pour être agitée de côté et d'autre, vous compterez sept semaines entières. Vous compterez cinquante jours jusqu'au lendemain du septième sabbat ; et vous ferez à l’Éternel une offrande nouvelle ». (Version L. Segond).

La Torah recommande que nous fassions, chaque année à la même époque, un décompte de 49 jours ou 7 semaines à partir du lendemain du shabbat de la semaine de Pâque. Le 50eme jour est la fête de Shavouot signifiant « semaines », qui vient du décompte des 7 semaines. Dans le christianisme cette fête est connue sous le nom de Pentecôte ! La première Pentecôte fut en fait célébrée 1 500 ans avant la rédaction du livre des Actes. La Pentecôte commémore le don de la Torah au mont Sinaï. Depuis ce jour, le peuple juif respecte toujours cette fête de la Pentecôte chaque année.

En effectuant ce décompte, nous obéissons avant tout au Seigneur, démontrant ainsi notre enthousiasme d'avoir l'occasion de recevoir à nouveau la Torah, l'instruction d'amour de Dieu. Juste comme un enfant décomptant souvent les jours jusqu'à la fin de la classe, ou l'arrivée des vacances familiales. Nous décomptons les jours pour montrer notre joie de recevoir à nouveau la Torah. Faire le décompte avant un événement réjouissant est tout à fait compréhensible. Il ne s'agit pas non plus d'un compte à rebours, mais plutôt de compter à mesure que l'on gravit la montagne du Seigneur.

Pour mieux comprendre cela, il nous faut répondre à une question essentielle : pourquoi Dieu a-t-il attendu 50 jours après que les Juifs soient sortis d’Égypte pour leur donner la Torah ? Pourquoi ne leur a-t-il pas tout simplement donné cela en Égypte, ou dès leur départ ? La réponse est qu'ils n'étaient pas encore prêts spirituellement pour recevoir la Torah.
Pendant plus de 200 ans, ils ont vécu au sein de la société égyptienne connue pour être le centre de l'immoralité et du vice dans le monde.

L'impact majeur de l'aventure de l'Exode – les 10 plaies miraculeuses et la séparation des eaux de la mer Rouge – donnèrent aux Juifs une liberté physique. Cependant, cette expérience unique, aussi puissante fut-elle, n'a pas changé de façon permanente l'attitude émotionnelle de quiconque.
La croissance spirituelle, comme quand on monte sur une échelle, doit se faire une étape à la fois. La croissance qui se produit alors est semblable à un marathon. Nous avançons et cherchons à nous améliorer jour après jour jusqu'au moment où nous recevrons à nouveau la Torah.
Mais la vie n'est pas une course pour battre autrui ; la vie est simplement une course pour conquérir votre propre vie intérieure. Comme lorsqu'on monte sur une échelle, le plus important est moins de le faire savoir, que de suivre la bonne direction. Ne vous contentez pas seulement de faire le calcul de l'Omer, impliquez-vous dans ce décompte.

Le Maître de la résurrection a fait de la période de l'Omer une saison réjouissante et particulièrement importante. Pour ses disciples, c'est le temps de se souvenir de Yéchoua ressuscité. Toutes ses apparitions et son ascension après sa résurrection ont eu lieu pendant les jours de l'Omer. Il est monté le 40eme jour du décompte de l'Omer.

Comment calculer l'Omer

L'Omer est compté chaque soir après le coucher du soleil.
Mais, avant de faire le décompte, nous récitons la bénédiction suivante debout :

« Bénis sois-Tu, Éternel notre Dieu, Roi de l'univers, qui nous as sanctifiés avec ses commandements et nous as ordonné de compter l'Omer.
Aujourd'hui est le ........ jour de l'Omer. »

Nous ajoutons :
Bénis sois-Tu, Ô Éternel notre Dieu, Roi de l'univers, qui nous as sanctifiés par Tes commandements et nous as ordonné d'être une lumière pour Tes nations et nous as offert Yéchoua notre Messie, la lumière du monde.

Le Psaume 67 est aussi récité parce qu'il est composé exactement de 49 mots hébreux qui correspondent aux 49 jours du décompte de l'Omer. Le psaume est de circonstance parce qu'il parle de moisson. Il est aussi spirituellement approprié parce qu'il parle clairement du salut de Dieu (Yéchoua) qui s'est fait connaître sur toute la terre.

Psaume 67 : 1-8 « Ô Dieu, accorde-nous ton appui et bénis-nous ; fais-nous bon accueil. Ainsi l'on saura sur terre, comment tu interviens ; on saura parmi toutes les nations que tu es le Sauveur. Que les peuples te louent, Dieu, que tous les peuples te louent ! Que les nations soient en joie, qu'elles t'acclament, car tu juges les peuples équitablement, et sur la terre tu conduis les nations. Que les peuples te louent, Dieu, que tous les peuples te louent ! La terre a donné ses produits ; que Dieu, notre Dieu, nous bénisse ! Oui, que Dieu nous bénisse, et que les peuples les plus lointains reconnaissent son autorité ! » (Version en français courant).

Après le décompte, je recommande aussi la lecture de ce qui suit :

Lire 8 versets par jour du Ps. 119 qui concernent l'amour de David pour la Torah.
Lire un chapitre du livre de Ruth qui concerne les non-Juifs greffés sur Israël durant le temps de l'Omer, qui va de la moisson de l'orge à la moisson du blé.
Lire un chapitre par jour du livre de l'Exode, chapitres 19-33, puisque cela concerne la grande aventure (l'Exode) qui eut lieu durant le décompte de l'Omer.
Lire un chapitre d’Ézékiel, 1-4 et 35-39, comme cela se fait à Shavouot.

Avril 2016
Newsletter de Mark Biltz

Notes de Jacquy Mengal :
  • Cette newsletter a été traduite par moi-même après autorisation.
  • Le décompte de l'Omer commence ce dimanche 24 avril 2016.

dimanche 17 avril 2016

La Pâque 2016 en images

Avant-propos

Nous avons déjà eu l'occasion à maintes reprises de parler de la fête de la Pâque dans ce blog. Que dire de plus, si ce n'est de rappeler que notre Seigneur avait demandé à ses disciples ... et donc également à nous, croyants messianiques, de perpétuer le rituel du lavement des pieds, qui est un signe de l'humilité que nous devons avoir les uns vis-à-vis des autres :

« Après leur avoir lavé les pieds, Jésus remit ses vêtements, se rassit à table et leur dit : - Comprenez-vous ce que je vous ai fait ? Vous m'appelez « Maître » et « Seigneur », et vous avez raison, car je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. Je vous ai donné un exemple pour que vous agissiez comme j'ai agi envers vous. » (Jean 13 : 12-15).

Déroulement de la fête en images

Ainsi, puisqu'une image vaut mieux qu'un long discours, voici en quelques photos le déroulement habituel de la fête de la Pâque au sein de notre assemblée.

A l'instar de l'agneau qui était choisi le 10e jour du premier mois (Ex. 12 : 3), et de notre Seigneur qui a été acclamé (choisi) par la foule quelques jours avant la Pâque (Jean 12 : 12-16), nous mettons le pain azyme et le vin nécessaire au rituel de la Pâque de côté le 10e jour du premier mois.
Puis, avant la cérémonie de la Pâque, nous nous débarrassons de tous les aliments contenant du levain « hametz » (pains, biscuits, etc), (Ex. 12 : 15 et I Cor. 5 : 8).

Le sacrifice de la Pâque avait lieu le 14e jour du premier mois à la neuvième heure ; ce qui correspond au début de « l'entre deux soirs » (Ex. 12 : 6 et Matt. 27 : 46). Et puisqu'un jour est divisé en douze parties (Jean 11 : 9), la neuvième heure du 21 avril 2016 (le 14e jour) se situe entre 16h 03 et 17h 14 (horaire UTC+2). C'est donc au cours de cette heure-là que nous célébrerons le rituel de la Pâque.



1. Prière d'ouverture de la cérémonie et lecture de Exode 12 : 1-14 ; Deut. 16 : 16-17 ; I Corinthiens 5 : 6-8 et I Corinthiens 11 : 23-34,



2. Lecture de Jean 13 : 1-17, puis lavement des pieds,



3. Lecture de Jean 6 : 53-59 et bénédiction du pain et du vin,



4. Lecture de Matthieu 26 : 17-26, puis on mange le pain azyme,


5. Lecture de Matthieu 26 : 27-30, et on boit le vin,



6. Autres lectures : Romains 3 : 22-26 ; Hébreux 10 : 8-14 ; Hébreux 12 : 1-2 ; I Pierre 1 : 18-21 ; Esaïe 53 : 1-12 ; I Jean 2 : 1-6 et Exode 13 : 3-10.

7. Lecture finale de Marc 14 : 26 et chant(s) de la fête.

Sous la Première alliance, l'agneau de la Pâque était sacrifié le 14e jour « entre les deux soirs », puis le repas de la Pâque était consommé le soir même (Ex. 12 : 8).
A présent, comme nous ne sacrifions plus d'agneau lors de la fête, nous prenons le repas rituel (le lavement des pieds, le pain et le vin) au cours de la 9e heure du 14e jour, au moment même où notre Seigneur expira (I Cor. 5 : 7). Puis nous prenons un repas complet dans la soirée inaugurant ainsi la fête des Pains azymes (Ex. 12 : 15-20).

Rappelons qu'à l'instar des Israélites qui devaient être circoncis pour participer au repas de Pessa'h, le chrétien doit être baptisé pour participer au rituel de la Pâque (le pain et le vin à la 9e heure). Ceux qui ne sont pas baptisés peuvent néanmoins assister à la cérémonie et participer au repas du soir (Exode 12 : 43 à 48).

Cordiales salutations et bonne fête
de la Pâque.

avril 2016

Jacquy Mengal

dimanche 10 avril 2016

Les pasteurs en manque d'inspiration !

Savez-vous comment font certaines personnes, dont quelques pasteurs, lorsque l'inspiration leur fait défaut ou quand ils ne savent tout simplement plus quoi vous raconter dans leur assemblée ou sur leur site web ?
C'est tout simple : ils vont un peu partout chercher l'inspiration chez d'autres personnes, et en l'occurrence sur des sites, des blogs ou dans des écrits qu'ils n'ont pas rédigés eux-mêmes et qu'ils collectent au fil de leurs recherches assidues.

Ensuite, ils diffusent les messages ainsi copiés, de vive voix devant leur assemblée, ou par écrit sur leur site web en évitant bien sûr de mentionner la source et l'identité de l'auteur réel du message. Parfois, certains d'entre eux n'hésitent même pas de signer le(s) texte(s) qu'ils viennent de copier, ce qui est ni plus ni moins un plagiat ! De cette façon, ils font croire à leurs auditeurs ou lecteurs qu'ils sont eux-mêmes les auteurs du texte copié !
Certains prennent même le soin de changer un mot, une phrase, ou alors ils ajoutent un paragraphe ; question de camoufler quelque peu leur emprunt.

Vous me direz, à juste titre, qu'ils pourraient tout autant mentionner leurs sources et/ou demander l'autorisation de diffuser le message ainsi copié ; ce serait tellement plus simple et surtout plus honnête. Certains le font, heureusement, et c'est tout à leur honneur.

Mais pour les plagiaires, voyez-vous, il y a un petit problème : s'ils dévoilaient l'origine et la source des messages qu'ils copient et diffusent, ils risqueraient bien de perdre leur crédibilité et leur auréole auprès de leurs ouailles ! Or, ces gens, surtout quand ce sont des pasteurs, ne se contentent pas de voler le travail des autres, car ils n'oublient jamais - et là, ils ne sont pas en panne d'inspiration - de ramasser vos dons, vos dîmes et autres offrandes
Et oui, hélas, vous devez savoir que ce sont aussi souvent des gens très intéressés par votre porte-monnaie, quand ce n'est pas carrément par votre compte en banque. Bien qu'ils disent le contraire, ils n'ont pas l'amour de leur prochain, mais celui de l'argent !

Bien évidemment, dans leurs assemblées (ou sur leur sites), ils vous parleront beaucoup de l'amour qu'il faut avoir pour son prochain, du respect d'autrui, de la nécessité d'être irréprochable, saint et prêt pour l'enlèvement ! Le tout bercé de mélodies hébraïco-évangéliques et de prières souvent très longues dans lesquelles ils n'arrêtent pas d'invoquer le Seigneur.

C'est surtout dans certains milieux évangéliques (heureusement pas tous) que l'on rencontre ce comportement, mais aussi chez certains « pseudo-messianiques » ! ... Vous savez, ces gens qui se font passer pour des Juifs, mais qui ne le sont pas (comprennent ceux qui le peuvent).

« Voici ce que je ferai des gens de l'assemblée de Satan, ces menteurs qui se prétendent Juifs mais ne le sont pas : je les forcerai à venir se mettre à genoux devant toi pour t'honorer. Ils reconnaîtront que je t'aime. » (Apoc. 3 : 9).

Mais, malheureusement pour ces plagiaires, il arrive qu'ils soient finalement démasqués. Et lorsque, m'apercevant que j'ai été plagié et que je rentre en contact avec ces gens pour leur en faire la remarque, leur réponse ennuyée se termine toujours par des « soyez béni », des « bisous » ou « mon frère, que Dieu te bénisse ». Il y en a même un qui m'a suggéré de postdater mon propre article qu'il avait juste plagié quelque jours avant que je ne m'en aperçoive. C'est sidérant !

Oh, tant que vous apportez vos dîmes, dons et offrandes, vous serez toujours leur « frère » ou leur « sœur » et vous serez le bienvenu dans leur assemblée ; mais gare si vous avez la mauvaise idée de demander quoi que ce soit (et je ne parle même pas d'argent) : vous repartirez avec un « coup de pied aux fesses » et un « béni-sois-tu mon frère » !

Il est vrai que les Écritures nous avaient annoncé l'arrivée de ces gens-là. Il est en effet déjà bien regrettable qu'il y ait des mesquineries et beaucoup de jalousies chez ceux et celles qui se prétendent chrétiens, mais quand des pasteurs et des web-masters d'assemblées se mettent à agir de la même façon, alors je me dis que nous sommes vraiment arrivés à la fin et que la méchanceté est partout ! (II Timothée 3 : 1 à 9).

« Le mal se répandra à tel point que l'amour d'un grand nombre de personnes se refroidira. » (Matt. 24 : 12).

Hypocrites et malhonnêtes qu'ils sont ! Qu'ils respectent d'abord les gens qu'ils appellent « leurs frères » et le travail qu'ils font, avant de prêcher et de parler d'amour agape.

« Celui qui aime ne fait aucun mal à son prochain. En aimant, on obéit donc complètement à la loi. » (Rom. 13 : 10).

Avril 2016
Jacquy Mengal

samedi 2 avril 2016

Changement !

Attention, le blog change de nom. Il s'appellera désormais: La Bible: étude et témoignage.
L'adresse est: http://bibleetudeettemoignage.blogspot.be/

Merci pour votre compréhension et bonne semaine à tous et toutes.

Avril 2016
Jacquy Mengal